30 déc. 2017

mes vœux

Clic sur l'image  pour lire le message

 

Posté par JAK la JARJILLE à 16:26 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

29 déc. 2017

L’adulateur

 


Défi #487 - Le défi du samedi

Parlez-nous ensans toutefois vous laisser enfumer Thuriféraire

http://samedidefi.canalblog.com

 

Une belle endimanchée, sur ses talons perchés
Plantureusement montrait ce que l’on ne saurait zieuter
L’Alphonse, ce voyeur flagorneur, par ces seins alléché
Lui roucoula :
Eh! Miss vous êtes  ci-devant, une authentique vénusté.
Et si pour moi vous vouliez bien promptement turbiner
Je vous offrirais à vie, le gite et le couvert.
L’élogieux compliment fit alors chavirer la jolie dulcinée.
Et l’encenseur par son discours flatteur illico l’emballât
Laissant ses pères et mères, au bras de l’enjôleur de suite s’en allât.

Sur un boulevard, dans une voiture clinquante dès lors échoua.
Et depuis, elle chante à qui veut l’ouïr, honteuse et bien confuse,
Un peu tardivement toutefois, qu’on ne l’y prendra plus.

Il en va ainsi du verbe qui peut être louangeur et flatteur, et parfumer les chemins.

Le vil se l’approprie pour mieux manipuler, en authentique mâtin
Et pour lors de la sorte, arriver à ses fins

Gardons nous bien des mots, n’aimons que les actions.
Il faut pourtant le reconnaitre la chose n'est pas toujours aisée
Il est si doux d’entendre la louange de l’obséquieux
Lorsque l’on veut à tout prix être aimé.

 

                                                                                              flatteur

 

 

 

 

 

 

Posté par JAK la JARJILLE à 23:13 - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :
26 déc. 2017

Lampion de Noël

 

 

 

 

Déjà, dès son plus jeune âge, il tétait de la bouteille

Dans son bib sa mère ajoutait des gouttes du produit de la treille

Si bien qu’il fut addicts à ce bon  fortifiant,  devenu  adolescent

Puis il épousa une vigneronne.  Il testa  son cépage de velours

Et depuis dans les vignes  landaises,  il élève avec amour

Un vin réputé franc et  gouleyant sur les rives de l’Adour.

Et comme il voit  toujours très grand, alors pour sa  conserve

Dans de grands contenants il le  met précieusement en réserve

Emprisonné dans des géantes   qu’on appelle souvent  Melchior

En hommage à un roi mage qui avait des cheveux d’or.

                                                                                                         melchior blog

Oui ,

Il aime le vin de la treille

Et son nez fait merveille

Lorsqu’il illumine Noël

Posté par JAK la JARJILLE à 23:28 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags :
23 déc. 2017

Ma concierge s’y connait en Musique

sur proposition du Défi du Samedi

syncope

Ah ! Vous me la baillez belle m’a dit ma concierge 

lorsque je  lui annoncé  qu’il fallait  que nous accordions nos violons pour le temps octroyé au balayage du palier.

J’ai pas mal de contretemps renchérit-elle, et je ne mesure plus les notes et dieses-it que les autres locataires  crochent  sur les murs de ma loge pour me mettre au tempo.

Je dois pratiquer  la division du temps, et à ce rythme là  je perds la mesure.

Mes temps forts passés à regarder les Feux Du Ciel à la télé ne sont plus à ma portée. Je suis débordée.

Ah ! que viennent les silences. Je pourrais  enfin prendre la pause, le temps de boire une tasse de Noire.

(C’est ainsi qu’elle orthogtaphie  son imbuvable café)

Pendant plusieurs  quarts  de soupir  elle a ainsi déblatéré sur sa techno de femme débordée.

 

C’est une véritable  syncopé que cette concierge là.

 

Dans l’intervalle, j’ai pu mettre fin à cette diatribe grâce à une quinte montante que la rage avait  fait vibrer dans  ma gorge.

J’ai failli tomber en syncope 

 

 

 

 

Posté par JAK la JARJILLE à 07:15 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,
22 déc. 2017

Oh mon blog

 

Pourquoi un blog?

Pour rester relié aux autres, inconnus virtuels  avec  lesquels on sympathise, on échange.

Et vos amis, relations alors, elles comptent pour beurre ?

Que nenni, c’est différent. Dans l’un c’est le regard de l’autre direct, compréhensif ou sans concessions

Dans l’autre, c’est la confrontation sans confrontation

Un blog c’est la question sans réponse escomptée.

C’est une bouteille à la mer

L’envie de faire connaitre à une  multitude, ses pensées, de faire deviner ses états d’âmes, partager ses coups de cœur, ses coups de gueule.

C’est montrer  sans pudeur, ce que l’on ne montrerait pas aisément de visu.

C’est vouloir surprendre, étonner, mais aussi  partager. Peut-être, mais surtout  c’est vouloir   se confronter  au monde…Pour le meilleur  comme pour le pire

Nous sommes individuellement  uniques, et un  blog permet de montrer notre différence.

Mais il faudrait que ce blog intéresse. Trouver le sujet qui accroche


Ah oui dur-dur de faire vivre un blog.

 

 En attendant je souhaite à mes gentes lecteurs-trices, 
De merveilleuses fêtes de fin d’année.

bonnes fetes de fin d annee

 


Posté par JAK la JARJILLE à 16:36 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
03 déc. 2017

Jour/Nuit

 

Annonce Croqueurs de mots : Défi N°196

Attention !!! Défi N°196 Aux matelots des Croqueurs de Mots : Étant à la barre pour cette quinzaine, je vous propose deux mots :
Nuit et Jour À partir de cela, vous écrivez un petit quelque chose, comme vous l'entendez : en prose ou en vers, pour le lundi 4 décembre.

http://colettedc.wordpress.com

 

LE JOUR ET LA NUIT

 

 

Quand les étoiles naissent, que les rêves hallucinent c’est là que nait la nuit

Et c’est au chant du coq, au branle bas d’ici bas, que vient poindre le jour.

Depuis que le monde est monde, il en est ainsi sans détour.

l’éternel complément du jour et de la nuit

Ainsi l’harmonie de la sorte s’entérine

le Ying et le Yang précisément nous le confirment

Posté par JAK la JARJILLE à 20:25 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : ,
02 déc. 2017

Le sentier

 

le sentier base

 

Il est long le sentier qui mène à l’hiver

 

Au printemps  il chemine de plaisir  et laisse deviner  la graine éclose  qui montre son nez.  Il est éphémère mais tumultueux avec des hauts,  des bas, des embuches, il  laisse se forcir sur ses cotés  sans faux fuyants  la vie qui sourdre  de terre. 

 

Puis il se calme et serpente au  zénith  de la respendissance. Alors là tout   engrangé de  beau, de pur, sûr de lui  et sans remord il s’installe,  harmonise la voie tracée devant lui.

 

Mais dès que  l’automne agite sa clochette il se pare de  digitales qui apaisent les cœurs qui renoncent et s’essoufflent,

 Il devient parfois  glissant les matins de rosée.

 

Enfin épuisé, raplapla,  il débouche sur l’hiver mais toujours  en serpentant,  encore incertain malgré ses certitudes, il roule ses pierres sous les pas titubants de claudicants vieillards

 

N’empêche que là, au  dernier détour,  il devient bien sage,  plus de sinuosités. Il a  tracé sans préjugés,  ni ambages la rampe  de la vie.

 

Il est long et beau le sentier qui nous mène à l’hiver.

 

 

Posté par JAK la JARJILLE à 15:08 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags :