mercredi 28 mars 2018

L' aquarelle mais pas que ...Oh là là ça chauffe !

 

raku

 

Pour changer des pinceaux tranquillos de l’aquarelle, quoique périlleux et aléatoires dans la réussite, je risque ma vie au raku Pour un vase né d’un morceau d’argile que j’ai

en premier lieu façonné et patiemment  lissé (photo 1)

 

Avant la première cuisson j’ai gravé un arbre (photo 2) .une fois cuit  je l’ai masqué avec de la cire. Puis j’ai engobé – au pistolet électrique- tout le vase.

 

Ensuite  une deuxième cuisson pour obtenir le  raku. Sur l’image (4 et 3) on  voit bien le risque encouru je n’ai pas peur des flammes de l’enfer. .

Puis allègrement,  je sort du four mon objet avec des gants spéciaux,- la température est à 980°- et vite, vite je le pose dans la vieille lessiveuse en zinc ,je recouvre de papier, de sciure, et ferme le tout avec le couvercle approprié  afin  que la fumée, en catimini là-dedans, ne pouvant s'échapper ,  accomplisse son miracle.

 

Bon ce n’est pas le chef d’œuvre,la craquelure Raku ici n'a pas voulu apparaitre ,(photo finie)  mais quand même, c’est du Do It Yourself (méthode tant à la mode.)

J’avoue que ce moment de découverte,  lorsque après avoir attendu un certain temps … (comme pour le canon du regretté Fd Reynaud : Combien de temps le fût met-il pour se refroidir),

....Donc, après environ une petite  heure je dirais,  la surprise est au rendez vous.

Il faut l’avoir expérimenté pour  comprendre toute la jouissance que l’on ressent à ce moment.

Et parfois, il me prend à penser que cet objet est vivant je lui ai donné une âme.

 

Tout de même, à 83 ans c’est palpitant de courir des risques aussi grands.et comme le disait une certaine Letizia mère d’un célèbre zèbre corse

« Pourvu que ça doure ! » avec l’accent svp.

 

 

 

 

Posté par JAK la JARJILLE à 18:42 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags :


mardi 27 mars 2018

Calliope

 

Liste des prénoms du mercredi

Prénom de la semaine Calliope

 

 

2018-03-28 01

 

 

 

Calliope , sur un tabouret  perchée faisait des  trémolos

 Elle tenait en ses mains un micro

Oeagre,son époux par sa beauté, émoustillé

Lui tint à peu près ce langage :

«Hé ! Bonjour, Chère épouse mytho

Que vous êtes adorable ! que vous me semblez belle !

Sans mentir, si votre babil

Se rapporte à votre prestance,

Vous êtes la   phénixette  des hôtes de ces bois.»

A ces mots Calliope  ne se sent pas de joie ;

Et pour montrer sa belle voix,

Elle ouvre une large bouche …et laisse tomber une dent

Oeagre  en fut surpris, et  lui dit : «Belle dame

Apprenez que tout flatteur

Vit aux dépens de celui qui l’écoute :

Cette leçon vaut bien la visite chez le dentiste, sans doute.»

Calliope  , honteuse  claquât son bec et on ne l’entendit plus

et belle muse toute sa vie elle fût

Posté par JAK la JARJILLE à 23:22 - - Commentaires [21] - Permalien [#]
Tags :

samedi 24 mars 2018

Super-plume

 

 

 

au bois joli d avril

Posté par JAK la JARJILLE à 23:28 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags :

Le Sens de l'Equilibre

 

 CONSIGNE 
Quand la vie ne tient qu'à un fil... Funambule


 

                                                                                                                                       funambule defi samedi

 

Mon père ce héros,   avait le mal de mer

Ma mère qui est aux cieux prenait mon père en grippe

Et moi pauvre pêcheuse, j’écope du  mal de l’air

Et  pour m’ascensionner  là-haut, sur un câble  bien tendu,

Danser en équilibre sur le fil du rasoir

N’attendez pas  de moi que je stagne  sur le perchoir

Ah non jamais,  bien avant

je saurais y surseoir, merci bien  doux jésus.

 

      

 

 

 

Posté par JAK la JARJILLE à 00:13 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags :

vendredi 23 mars 2018

Sur l'Ile....

 

Le défi écriture no 58 du 20 Mars.. 2

consignes mots a mettre

tel, Histoire, cousine, comique,

craindre, inventer, protester, papoter

                               .ou choisir 8 mots ou plus avec la terminaison''' ote '''

 

Dans le sympathique salon de leur  hôtel chypriote

Sous un bleu à faire pâlir Matisse, Bella papote avec sa cousine Jakotte

Elles ont grandis de compagnie et en harmonie, sillonnant   bien des pays dans leur  commune roulotte .

Ce sont  les filles de deux frères, saltimbanques - comiques-funambulotes.

 

On les confond souvent,  identiques d’allure,   telles des sœurs  jumelles dizygotes.

Et le beau de l’histoire c’est qu’aujourd’hui elles sont  bien établies , ces deux  anciennes loupiottes. 

Pas de soucis  pour elles,  leur avenir assuré, il n’y a  rien à craindre, point de lendemain  qui capote,.

Elles ne finiront  certes pas  leur vie dans une  vile gargote

.

 Leurs parents leur ont légué cet   hôtel  majestueux sur une hellénique  petite crique de  la Cote .

 

Ils l’ont « transpiré »  en commun,  grâce aux fruits de leur rigolote-gymnote.

 

Et c' est certain elles ne vont pas protester Bella et sa cousine Jakotte

Elles sont reconnaissantes à la prévoyance de  leurs chers géniteurs point manchote.

 

Et ce jour elles bâtissent des rêves pour  clientèle aisée et  inventent pour elle des transats et ombrelles où tous  seront tranquilotes,  sur cette plage aux eaux cristallines et turquoises sans qu' aucun discordant  ne dénote .

 

 

 

Posté par JAK la JARJILLE à 11:57 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags :


mercredi 21 mars 2018

Petit conte perlé qui finit bien.

 


Imagecitation 36

Pour la 36ème édition d'imagecitation ,

Pour celles et ceux qui préfèrent la démarche inverse je vous propose les citations  suivantes , vous connaissez le principe maintenant, vous en choisissez une ou plusieurs et vous l’illustrez par une  ou plusieurs photos ou créations , vous pouvez aussi l’accompagner en plus d’un petit texte.

“ Si on s’était arrêté à l’apparence des huitres , on n’aurait jamais découvert les perles “ Boucar Diouf


http://giselefayet.wordpress.com

 

 

huitre

petite remarque, par ce froid de canard printanier un petit conte de noêl ne fait pas intrusion.

J@k ☺

Eliaz vient d’être licencié.

Son Patron, Marin-pêcheur,  n’a plus de travail pour lui. Il a invoqué le marasme, les cotas, les poissons  en partance  pour la  perdition  ….   

 C’est tristement qu’Eliaz arpente pour la dernière fois, ce quai aux cordes limées usées, enroulées  sur des quilles délaissées.

Il entend encore les cris de mouettes toupiller  à  l’arrivée des bateaux  bigarrés de retour de la pèche.

Un tournant dans sa vie. Un de plus, car Léna, son amie d’enfance a fuit la côte, Elle a trouvé du travail à Paris..  Il pensait bien lui déclarer sa flamme, mais n’avait  pas osé

 Chez lui personne ne l’attend…

 Seules  deux lettres,  pour le  rattacher à un semblant d’existence dans ce petit port. 

L’une, celle  de Léna  qu’il ouvre aussitôt. : Elle lui annonce son mariage,

L’autre de l’Agence pour l’Emploi, une de plus. Il ne veut même pas  la lire.

Pris de remord,  Il finit par déchirer l’enveloppe.

Étonnement, une nouvelle orientation  lui est  proposée à une centaine de kilomètres d’ici.

 Qu’importe le déplacement, cela permettra un nouveau départ dans sa vie.

 Sans tarder ,  il s’entend  avec son nouvel employeur par téléphone, pour un essai.

La semaine suivante il arrive à Y.

L’ambiance  lui plait   aussitôt, l’emploi également : Il va  devenir Ostréiculteur.

Bien que passionné par la mer il doit se remettre en condition pour ce nouveau job dont il ne connait pas très bien les coutumes.  Mais il n’est pas à court de bonne volonté, et c’est avec son courage habituel  et son sens du devoir qu’il affronte sa nouvelle  fonction.

Les mois se succèdent sans qu’il éprouve un seul regret pour son ancien métier. Il devient très  compétent et est bien vu de son patron.

 

En décembre, par un  jour ensoleillé et lumineux, arrive Gwenaëlle.

La nièce du patron venue à la rescousse pour la production des fêtes de fin d’année.

Le courant, qui n’a rien de marin,  passe, aussitôt entre eux deux.

Et le soir de Noel,  c’est dans la  famille de la jeune femme  qu’Ils festoient,  avec bien sur  des d’huitres au menu.

Une surprise inhabituelle  se produit au cours du repas. Gwenaëlle a trouvé  dans l’une d’elles  ,  une petite perle de 4ou 5mm.

Tous contemplent  cet objet…

Peut être la garniture d’une future bague des fiançailles ?

 Le patron  n’est pas étonné de cette découverte : il assure que ses huitres, qui sont  sauvages, avec  plusieurs années de vie, sont élevées directement sur le sable. Un grain ce sera  transformé en perle. Mais d’ici à ce qu’elle  ait une quelconque valeur, c’est autre chose.

Mais peut importe, Eliaz est heureux,

Il songe que la valeur  d’une perle, n’est rien en comparaison du travail qui lui plait tant, et  surtout de l’amitié que lui porte Gwenaëlle.

 

 

Posté par JAK la JARJILLE à 16:30 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags :

mardi 20 mars 2018

Safoine

 

 

 

 

 

 

prenom safoine

Posté par JAK la JARJILLE à 23:40 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
Tags :

lundi 19 mars 2018

PRINTEMPS

 

 

 

printemps 2018 (page 1)

Printemps que l’on aime, tant  tu fais éclore  plein d espérance.

Tu sèmes en nous des envies bien impatientes.

Le jardin à pomponner pour lui offrir  belle apparence

La robe de mousseline  rose à redescendre du grenier

Où elle a passé l’hiver loin des mites naphtalinées

L’auto-tracteur  un peu rouillé à bien  savoir  dégommer

Pour qu’enfin il s’active dans le pré où l’herbe  pointe  son nez

Les fenêtres à entrouvrir pour faire renter l’air  pur et frais

Tout en protégeant son cou des vils remuements  d’air

Qui pourraient  nous empoisonner en faisant monter la  fièvre.

Et contre balancer  l’ardeur que

La venue du  printemps  génère.

Toi printemps au goût sucré, comme chaque an bien  éphémère,

Toi printemps tant attendu  qui sait  si bien chasser nos chimères.

Toi printemps je te salue

 

☼♪♫♪♫♪☼

Posté par JAK la JARJILLE à 23:08 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags :

vendredi 16 mars 2018

L'écouvillon

 

 

 

 

titre l ecouvillon

 

Ce matin grand ramdam dans le landerneau

On en cause même aux télé-journaux


 Biscotto le boulanger a disparu.

Nul sur  la place ne l’a aperçu

Les commères s’attroupent et piaillent

Emettant des hypothèses sans faille

Avec l’épicière il serait parti

Mais non d’une pipe sapristi

Tiens la voila l’épicière

Qui passe droite et très fière

Ce n’est donc pas la raison

Pour laquelle il a laissé  seul son mitron.

Non la raison est bien plus simple

Ce matin se servant de son écouvillon

Fait d’un linge attaché à un long bâton,

Il a nettoyé son four en faisant de grands tourbillons

Mais le feu a pris au fournil où il avait entreposé des brindilles

De châtaigniers et de pins  pour parfumer ses pains ronds

Qui font considérablement  son renom  aux alentours du  canton.

 

Hélas  la fournée surprise par tant de chaleur,   a brulée

Et notre boulanger dépité

Honteux  et déshonoré,  tout comme Vattel

De remord s’est fait sauter la cervelle.

 

 

*

Ecouvillon Vieilli, BOULANGERIE. , Vieux linge attaché à un long bâton, avec lequel on nettoie le four [chauffé au bois], lorsqu'on veut enfourner le pain`` (Ac. 1835-1932)

Posté par JAK la JARJILLE à 23:43 - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,

Flore se decarcasse

Consigne de 

Liste 2 :
1 aiguille
2 étiquette
3 entrée
4 pneumatique
5 basilic
6 certitude
7 force
8 savourer
9 cabas
10 or
11 verdure
12 calfeutrer

theme reproche 

 

 

Flora  est sans étiquette  la politique ne l’intéresse pas elle est du genre à se mettre au vert, à courir dans la verdure avec son cabas qui dansotte  au bout de son bras  

Ce petit panier  elle l’a confectionné  en raphia et brodé avec ses aiguilles magiques  en or, mélangeant des fils de toutes les couleurs de l’arc en ciel.

Dans ce sac, elle y posent délicatement  les herbes  qu’elle cueille en chantant,  les après midi où elle gambade  pour  cueillir le thym la sauge et le basilic , en rêvant,  le nez en l’air à la recherche de papillons.

Depuis quelque temps elle ne retrouve plus le rythme des saisons.

Cette année les primevères et le forsythia sont la grève...Les bourgeons boudent.

Il faut qu’elle agisse, rien, ne va plus.

 

Aujourd’hui elle  est rentrée bredouille de sa virée.

 Elle s’est décidée.

C’est avec la certitude de son bon droit,  qu’elle franchi le l’entrée de la poste.

 Derrière le guichet, une vieille demoiselle grimace d’un sourire peu amène,… les yeux calfeutrés par des lunettes à œillères qui la protègent des regards concupiscent de certains clients..

 

-      C’est pourquoi ?

-      Je veux envoyer un pneumatique en urgence, répond notre belle ingénue.

-      Quel en est le texte ?

-      C’est une réclamation auprès du grand suprême  pour lui reprocher de ne pas avoir tenu sa promesse

-      Ah- oui, ? quel grand suprême on en croise tant sur cette terre….

-      Ben… celui qui règne sur la nature qui soigne les fruits et les fleurs ….celui qui préside,   - elle en a oublié le nom-

-      Oui,  je vois vous voulez dire  Vertumne, mais je vous ai demandé le texte.

-      Ben je veux lui écrire rapidement  pour lui   reprocher d’avoir oublié de faire naitre le printemps cette année….les arbres ne veulent plus refleurir, les plantes restent en terre infécondes, les fleurs n’osent pointer leur nez  Même le coucou s’est tût.

-      Ah ma pauvre enfant, -la vielle fille, écolo a ses heures-,  a pris un ton compatissant-,

-       il est inutile  et vain de lui écrire. Il n’en fait qu’à sa tête. Il a sous ses ordres une bande de vaut- rien qui ne cherchent qu’à détruire la planète, afin de posséder un peu plus  d’argent… et depuis qu’il a convolé en juste noce avec sa Pompomone , il savoure la vie avec celle-ci  et ne pense qu’à rajeunir, Ainsi il  a délégué à  ses sous-fifres  les attributions  qui lui étaient imparties.

-      C’est là-haut la pagaille.

     Vous aurez beau faire vous n’y pourrez rien.

 

Flora s’en retourne désespérée, elle jette son cabas avec force dans la rivière, et  s’en repart vers  sa garrigue pour y pleurer à son aise.

Et là,  miracle, le temps qu’elle y aboule, pris de remord, le printemps est descendu sur terre.

Honteux de sa désertion, il  lui offre une belle gerbe de thym romarin et lavande .

Et les  abeilles alors  chantonnent  gaiment .

 

 

 

 

Posté par JAK la JARJILLE à 12:12 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :