samedi 21 avril 2018

Scènette JAKuzzienne

 

 

 


Consigne Défi #503 
mot a incorporer Jacuzzi 
http://samedidefi.canalblog.comConqsigne

JAKuzzi

 

 

 

 

Les personnages

Edmond– (grand paresseux qui laisse toutes les corvées à sa femme

Il se prélasse en fumant dans une baignoire à vagues à l’ancienne)

Jak (l’éternelle consentante  victime féminine)

 

 dialogue 

Edmond : j ai besoin de changer l’eau de mon Jakuzzi, et l’eau d’mon Jakuzzi c'est toi!

 

 

Jak Jakuzzi! Jakuzzi! C’est la première fois qu'on me traite de Jakuzzi!

 

spa possible !

 

Si j'suis une jakuzzi, toi tu m’as l’air d’un drôle de masseur pour bain tourbillonnant.

Y’te manque plus qu’une Jakuzzi gonflable !

 

 

 

 

 

Posté par JAK la JARJILLE à 17:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :


vendredi 20 avril 2018

Le tableau du samedi Guernica de Picasso

 

 

 

 

 

guernica Picasso

 

 Ce tableau que nul n'ignore est actuellement sujet de polémique .

Le thème  ce ne serait pas la guerre mais la vie de Picasso.


On peut,  ou pas,  apprécier l'œuvre ou l’ auteur, mais  ce reportage sur Arte m'interroge 

clic ici → arte journal  en replay jusqu'au 21 4

 Picasso a dit « un tableau ne vit que par celui qui le regarde… »

Alors, pour l’interprétation d’une œuvre, je me fie à mon ressenti.

Pour ma part je préfère la contemplation à l interprétation 

Et vous ?

Posté par JAK la JARJILLE à 03:18 - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags :

Sur le vif du tourniquet

 

consigne incorporer le mot Tourniquet 

 

 

L’air est légèrement parfumé des dernières giroflées.  

Une  brise agréable active langoureusement le hamac où je rêvasse tout en

lisant  et relisant  les souvenirs entomologiques de JH Fabre.

Un  somme  digestif tente de  s’installer, mais je résiste.

 Je me mets sur le ventre les bras croisés, et à travers le filet   je contemple le gazon fraîchement raccourci.

Je tourne, me retourne,  puis  enfin je bigle vers le  petit bassin où les libellules s’en donnent à cœur joie en une danse légère  , aérienne comme des notes de musique,  et qui n’a rien de commun avec le vol  du Bourdon . 

Et voilà que cette petite barbotière  où les oiseaux s’abreuvent  assidûment semble être agitée.

Non ce n’est pas la maigrichonne cascade qui fait de tels remous. 

Mon regard s’aiguise et j’aperçois un gyrin qui s’agite.

Il nage avec bravoure,  allant dans tout les sens, il virevolte, tourbillonne, formant des arabesques.

Il est majestueusement noir et ses quadruples yeux m’impressionnent.

C’est bien lui ce coléoptère qui m’intriguait tant  dans mon enfance,

lui dont je saisi le sens du vocable, aujourd’hui , sous mes yeux écarquillés d’aise.

 

 C’est une Gyrin-Tourniquet.

gyrin

Posté par JAK la JARJILLE à 01:49 - Commentaires [3] - Permalien [#]

jeudi 19 avril 2018

Oh! Mé qué Mé qué ....

 

https://wrviolette.blogspot.fr

la rime imposée avec le son OME

 

 

Aujourd’hui relaxe dans cette mélancolique  journée d’automne

J’avais décidé de zieuter   les  vieilles photos de   mes albums

Pour agrémenter la séance, je l’avais   escortée d'un  léger verre de rhum

Je tournicotais  les pages avec lenteur,  profitant des images au maximum.

 

Là  en 19… tiens,  je reconnais bien  mon cher   petit bonhomme.

A voir son sourire, aux dents éclatantes étalées comme un décorum,

On comprend que du yaourt, il ingère souvent, le  calcium!

 

Je me souviens,  mon petit homme, c’est ainsi que je le dénomme

Envisageait à cette époque, un jour de devenir astronome

Mais pour l’heure il est au Brésil  où il élève des opossums

Je m’égare  dans des souvenirs qui allègrement, dans ma tête résonnent.

 

Mal assise,  j’éprouve    de désagréables  démangeaisons au rectum.

Je décide me m’installer   dans  un rocking-chair où je me cramponne.

Oui,  va falloir que je maigrisse , chuis devenue une vraie bonbonne

A cause de ce rondissage   tous mes gestes m’empoisonnent.

 

Mais là c’est une autre question.  Cogitons  à nouveau  avec nos neurones.

Pour activer  dans notre cerveau  sa case mémoire- ancienne appelée striatum.

 

Je continue de tourner les pages, le passé ainsi défile, et avec langueur je m’y adonne.

Puis tout devient monotone…dans une pré- somnolence  alors, je me cantonne.

 

V’là qu’à la porte le facteur sonne et aussitôt, il entre sans vergogne

Sûr,  c’est un habitué, mais il devient trop familier cette charogne!

Va falloir que je mette  les points sur les I et que je le reconditionne.

 

A poil il aurait pu me trouver qu’elle horreur ! Oh ! Madone !

Mais là, céans, chuis sur mon 31 et je  me trouve assez mignonne.

Mais  lecteur, qu’allez vous donc  chercher là? La bagatelle point me passionne

Et fidèle et sérieuse comme une madone,  je reste auprès de mon homme.

 

Bref, le facteur donc m’amène une missive  recommandée qui mentionne:

« RF ministère des finances, »

me demandant de  rappeler  un numéro de téléphone!

Alors là , je frissonne, me questionne,

Je bougonne, je bouillonne,

Puis  j’attrape le bigophone..

 

Un charmant Mossieur, avec une voix enivrante   me chantonne:

« Madame comme vous acquittez  bien vos impôts en parfaite autochtone »

Vous avez gagnée par tirage au sort un concert de saxophone.

 

A cet instant,  un bruit  strident se fait entendre  à l’interphone,

C’est le facteur,  à la porte,  qui poliment sonne et re-sonne

J’m’étais endormie et évadée dans un rêve insensé, oh !  la friponne

C'était une réelle fantasmagorie farfelue comme  une  illusionne.

 

 

 

 

Posté par JAK la JARJILLE à 13:37 - - Commentaires [9] - Permalien [#]

mardi 17 avril 2018

Margelle

 

MARGELLE ! Mot pour le jeu des acrostiches n° 3 mercredi prochain - Lenaïg - Le blog de Lenaïg

Margelle ! Rebord de puits, de piscine ou de fontaine, à nous de trouver nos thèmes sous le mot en acrostiche ! Photos du net.

http://leblogdelenaig.over-blog.com

 

 

 

Margelle  de mon  vieux puits  accorde moi de te conter ici  

Ah  combien en as tu vu  défiler penchés sur toi des bonnets de prairie  

Rombières mains sur les hanches, commères, loupiots , nourrices, parlant patois.

Gaiment  ta compagne enroulée sur la  poulie,  la corde, cette  vieille complice

En grinçant , remontait les seaux bringuebalant  avec un brin de  malice . 

Largement débordants et pleurant, le surplus de la source abondante.

Lugubre  aujourd’hui tu   es triste ,  délaissée sous un lierre  qui te couvre

Et bien saurais-tu me dire depuis combien de temps n’as tu vu  âmes qui vivent?  

Posté par JAK la JARJILLE à 23:46 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags :


samedi 14 avril 2018

Manquement fatal

 



consigne Improviser ! Vous en ferez bien autant,non 
http://samedidefi.canalblog.com

 

improviser

 

D’Jak aimait improviser c’était une obstination.

A chaque problème il savait trouver une  solution.

Inventer, manigancer, fabriquer, combiner,

Il n’était jamais à court d’idées pour se débrouiller.

Jusqu’au jour où la camarde au pied de son lit a déposé sa faux

Mais là, pour une fois pris à l’improviste,

 Il n’a pas réagi comme il faut

Il n’a pas su solutionner   ce suprême dilemme

Avec elle il s’en est allé sans qu’il eut  résolu le problème. 

 

 

 

 

Posté par JAK la JARJILLE à 23:35 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags :

L’heur de plaire

 

 

Liste 3  Consigne theme promenade listes des mots a integrer souligne en gras

https://atelierecrituretreizealadouzaine.blogspot.fr

 

 

 

 

Le capricorne  ce matin est parti en balade, sur les branches vermoulues du vieux chêne  aux multiples ramifications. Il s’y sent chez lui  Il stylise  à son idée cet  habitacle, en creusant, dessinant des sillons voluptueux.

 Jourd’hui, il allonge d’avantage ses cornes pour s’envoler avec grâce lui semble-t-il, mais c’est ce qu’il croit.

Il dodeline de la tête duveteuse grise qu’il pense sexy, mais c’est ce qu’il croit.,

Il  s’essaie à la  danse du ventre en se dressant sur ses  élytres arrière s’imaginant être Rudolph Noureev , mais c’est ce qu’il croit..

Tous ces efforts, pour pouvoir un jour enfin plaire à  sa belle cousine l’Abeille Charpentière, cette  Xylopote, une prétentieuse qu’il chérit d’un amour platonique.

En se moment  elle butine en rêvassant sur les fleurs au pied de l’arbre, et l’ignore totalement   

Il aimerait tant  se baguenauder avec elle sur les bois du tendre,  et avec empressement lui susurrer d’enjôleurs  compliments, lui graver des poèmes sur le tronc des arbres avec un crayon au couleur de l’arc en ciel,

Et surtout, surtout il voudrait  la consoler de son chagrin,

En effet, cette pauvrette s’est éprise d’un galopin, un nommé Lyctus  qui loge dans les bois de la charpente de la vielle  épicerie du village déserté d’alentours.Ce réfractaire à la morale, en a  ravagé  toutes  poutres.  Elles étaient pourtant en châtaigner, cet arbre réputé  si solide.

Un éco-garde, de la police à cheval, en vadrouille  par là, c’est sa fonction, a été  alerté par des bruits équivoques et  en  suspicieux de métier,  il a tendu ses oreilles et pointé son nez.

Devant les dégâts constatés, il  a séance tenante   procédé à un arrêt en bonne et due forme : il l’a mis en  cage l’énergumène et  l' a déféré  devant  l’entomologiste du département  qui va étudier son cas.

Et pleure notre abeille qui a perdu son amoureux,

 Et gémit  notre pauvre capricorne  qui n’a  pu  la consoler,  car devant son air lourdaud, elle l’a envoyé se promener.

 

 

 

 

 

 

 

 

Posté par JAK la JARJILLE à 03:18 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :

vendredi 13 avril 2018

Miasmes

 

défi 60 Consignes mots à incl:ure 

 

Récit, bousculer, sanction, plaider,courage, réfléchir, punir, pudeur

Atelier ecriture  Ghislaine53 

 H

 

Une foule effrénée,  sans pudeur, en folie se bousculait devant le tribunal

Les médias étaient aussi  présents  avides de faire le  buzz

Des avocats avides et  volubiles dans leur robe à  jabot s'entraînaient à plaider. Avec le courage résolu de ceux sûrs de leur affaire,  ils énonçaient  dans leur tête  le récit des événements  qu’ici, aujourd’hui  réunissaient tout ce beau monde.

 

La plaignante attendait la sanction

 

Les accusés espéraient que leur bon-droit  soit ici céans, dûment  reconnu;  au nom de quoi les punir  pensaient-ils ?  

 

Lorsqu’enfin la Cour majestueusement, fit son entrée,  le silence régna

 

Et  dans l’hémicycle toute la gentry était là,  assoiffée,  avide de vérité.

tous voulaient     percevoir , entendre,  le dénouement de cette affaire à grand spectacle.

   .

Cependant, parmi eux quelques uns, se prirent  enfin  à réfléchir.

 

Était-il si utile de venir scruter ce spectacle.  Celui  des héritiers d’un fameux de-cujus, qui  s’exhibaient en  s’entredéchirant

 

Et dehors, ailleurs, très près ou  dans des lointains,  vivotaient,  survivaient mouraient  des miséreux ,des crève-la-faim, des va-nu-pieds.

Ils ne suscitaient pas autant d’émotion, personne n’avait envie de connaitre leur devenir..

 

Dans ce tribunal aujourd’hui régnait une    curiosité pestilentielle.

 

Mais pour ces mals nantis,    aucun regard, aucune pensée.

Ces malheureux étaient considérés comme  de la peste.

 

 

Posté par JAK la JARJILLE à 23:55 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :

mercredi 11 avril 2018

Ephemère engrangé

 

 

camelia pour blog texte

 

C’était un  beau camélia dans un jardin ami

Qu’avec un zoom j‘ai  immortalisé ainsi

Timide,  pour se cacher  en noir il s’est déguisé

Mais j’ai rusé, sa floraison déployée

Si  généreusement  sur  la haie étalée

Pixelement   dans mes images je l’ai engrangée

 

 

En faisant ce petit billet je songeais à la plénitude qui nait en nous lorsque

l’on sait percevoir les merveilleuses offrandes   de la nature.

Et la vacuité qui nait  du désintérêt envers elle   me laisse perplexe.  

 

 

 

Posté par JAK la JARJILLE à 23:44 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags :

mardi 10 avril 2018

Cerises en ribambelle

 

cerise

 

Riez chantez  braves gens, souriez…
Ignorez  l’ennui  morbide de la morosité
Bigarez , décorez,  vos vives  oreilles
Avec des cerises  en abondante  ribambelle 

Mais n oubliez pas d’en mangez avec  fièvre

Badigeonnez en  goulument vos tendres lèvres
Et mordillez    dedans à pleines dents
Le temps des cerises, le temps de mai pétaradant
Le temps gai de la belle saison espérée  
Et bien le voici au galop sur le verger  arriver

Posté par JAK la JARJILLE à 23:04 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
Tags :