01 déc. 2016

Le vélo à pépé

d'après une suggestion de l'atelier d écriture  du samedi


Défi #431 - Le défi du samedi
Et si vous vous laissiez inspirer par cette photo

theme 431 velo

 

 

 

 

Raymond est un ancien routard. Le vélo, il affectionne. Depuis de nombreuses années il a pignon sur rue et  régente  un  atelier  de réparation pour cycles,   à l’enseigne révélatrice : 

 

velo

 -il ne voulait pas mettre à la benne le vélo qui lui avait permis de remporter à l’arrachée le tour du Quercy- et il  s’était ingénié  à en   faire un trophée typique.

Longtemps,  il a  peiné pour gagner sa croute mettant les doigts dans le  cambouis, gonflant des pneus, rustinant  les chambres à air, recadrant,  radoubant à tout va , rafistolant des selles peu confortables , transformant certains vélos  pour  y ajouter des carènes dynamiques.

 Il n’a jamais perdu les pédales, ni encore moins déraillé dans l’exercice de sa tache. Un sacerdoce qu’il dit !  

Son rejeton n’a pas le goût pour reprendre l‘atelier, mais Raymond  pense fermement que son petit-fils, sera un bon successeur ; ses  yeux brillent comme des catadioptres lorsqu’il vient l’aider le samedi ou le dimanche matin, et comme une prémonition  l’idée s’insinue et vient susurrer  à son oreille poilue qu'il a fait le bon choix.

Aussi lui enseigne-t- il en dehors des heures d’école, tous les secrets vélocipédiques qu’il maitrise parfaitement.

Oui, Jeannot fera un digne dauphin, malgré son apparence déjantée, il est  véloce, un pneu trop au gout de son grand-père qui aime aller  plan -plan.

Cette continuation, ils en parlent tous deux, lorsqu’ils retapent de concert une bécane.

Cependant, Jeannot,  qui est ambitieux,  prévoit grand : il veut  se spécialiser dans la vente des VAE, VTC, VTT, etc. et créer   une armada de néo cycles ultramodernes connectés..., pour cela il  veut rénover la boutique et pour commencer,   dans le secret il  cogite pour désinstaller la bannière que pépé à fixée sur le mur, emblème lui faisant honte par son peu de modernité.

Alors…

Un beau matin Raymond arrive, essoufflé devant sa boutique, et quel n’est  pas son étonnement de voir cette enseigne  animée de néon  fluorescent  qui trône à la place de la vielle relique.

 

enseigne

Raymond voit rouge, il  se met à dérailler, rien ne le freine, pas même ses patins, il part en roue libre, ses yeux roulent comme des roulements à bille, il brandit un démonte pneu en direction de son petit fils, puis dans un élégant volte face  de direction, il stoppe soudain, devant les badauds rameutés par ses cris.

 On a craint un moment pour le sort de Jeannot.

 

Après tout pense-t-il,  son petit fils a de l'initiative, il fera un excellent second, n'a t-il pas lui même fait le même coup à son gd père en remplaçant la draisienne- enseigne  qui jurait à ses yeux lorsqu’il a pris la succession de son aïeul 

 

au roi de la pedale pancarte  

Alors, calmé,   il dit en bafouillant

" Jeannot tu es  bien le digne petit fils du roi de la pédale".


De grands rires s’élèvent parmi les spectateurs, qui crient en cœur


            - vive Raymond le roi du Tour du Quercy-



 

 

 

 

 

                                                                                                                                                   Dessins&texte de Jak

 

 

 

 

 

 



 

Posté par JAK la JARJILLE à 13:24 - Commentaires [2] - Permalien [#]

26 nov. 2016

Chute d’automne sur vieux pavés

                                                                                  chutes d automne sur vieux paves

 

 


Près de la gare, règne encore  ce  vieux pavé.

Et les feuilles d’automne viennent le cajoler

Peuvent-elles lui faire oublier qu’il fut battu

Par de lourds  pas  de cheminots fourbus.

Usé, négligé, néanmoins il a vécu

La caresse des feuilles tombant le réanime


 

 

Posté par JAK la JARJILLE à 18:25 - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :
23 nov. 2016

Leurre

d'après  une idée de miletune 

47 semaine


Aujourd’hui Paul réintègre son appartement après d’un long séjour à l’hôpital.

D’interminables jours se sont écoulés depuis son accident .  Aucun progrès, sa mémoire n’est toujours pas revenue.

Cortex atteint diagnostiquent les spécialistes ?  traumatisme crânien ayant entrainé une amnésie rétrograde… il ne se souvient plus de son passé

Il ne peut que les croire et accepter ce verdict

Cette chute dans l’escalier, il courait après son chien échappé et s’est embrouillé dans la laisse, c’est ce que son voisin,   a dit aux témoins  tout en lui parlant pour le  laisser éveillé   pendant qu’ils attendaient les secours , puis le SAMU et sa sirène l’ont emmené sans tarder aux urgences.

 

Ce jour donc, Paul petit à petit, découvre l’ appartement, cette lampe bizarre, ce fauteuil inconnu, cette bibliothèque dont aucun livre ne lui parle.

Il est désemparé mais il lui reste un zeste d’espoir .

Ses pas le portent vers la fenêtre,

Et soudain un éclair assaille sans préalable  son crâne :

  il vient de  reconnaitre en face de lui  le café des acteurs ….

Les souvenirs affleurent à tout allure à son esprit, c’est là qu’il se rendait en sortant du cours Florensimo avec ses copains lorsqu’il préparait son entrée au conservatoire  

Il se penche pour mieux chercher à reconnaitre peut-être quelqu’un, mais il est encore fragile sur ses jambes, il s’incline dangereusement…

 

A nouveau le SAMU dans un grand renfort     de sirène l’emporte vers l’hôpital.

Cerveau diagnostiqué  définitivement lésé, il ne retrouvera jamais sa mémoire

Il ne saura jamais que ce mur trompeur en face était en réalité une fresque.

 

mot à integrer Zeste

Posté par JAK la JARJILLE à 17:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
22 nov. 2016

Bâton de pluie

 

 

baton de pluie

 

Une langueur le submerge.  Les bras derrière la tête, les jambes mollement croisées, il rêvasse.

 

Puis il se déplie, se met en boule pour sombrer dans un demi-sommeil

 

Même le triller captivant, tombé de ses mains engourdies,  ne le passionne plus.

 

Son chat, est comme lui, alangui, lové, il ronronne et semble cogiter à la dure existence qui est sienne ! Point de souris en vue dans ce grenier aménagé en salle de repos , sous les combles loin de l’agitation des autres paliers. Seules quelques araignées se lissent les pattes et confectionnent des toiles aux allures contemporaines de sigles avant-gardistes.

 

 

 

On entend , par le velux entrouvert, le frémissement des feuilles qui hésitent à tomber en ce début d’automne. Elles attendent en rougissant qu’un vent léger  leur vienne en  en aide.

 

Puis, une douce pluie chante sur la vitre et  délicatement   secoue leur somnolence .

 

Ce  céleste bruissement , comme un bâton de pluie, chantonne agréablement à leur oreille…

 

Tous deux ouvrent plus grand un œil, pour s’assurer du  passager phénomène,  puis bercé par ce doux murmure s’assoupissent à nouveau,  et s’enivrent d’une  torpeur réparatrice.

 

 

 

Ce doux chant de la pluie les berce à l’infini

 

 

 

Ils  sont bien , une réplétion de bien-être indicible ,  dont ils n’ont pas envie de sortir .

 

 

 

 

Posté par JAK la JARJILLE à 16:43 - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :
18 nov. 2016

Réveil de léthargie

d'après une idée de Défi du samedi

 

Certains matins vous assaillent, on ne sait bien pourquoi

 

On se leve du pied gaucheSans titre 1

 

se sentant mal dans ses Sans titre 2

Les yeux bouchés, on ne voit plus  la vie enSans titre 4

Tempo insoutenable, overdose de désastre

Le café d’habitude stimulant, déborde de la tasse, et le beurre tartiné reste rigide et froid

On regarde les infos. Déployée, installée la sinistrose envahi notre écran.

La météo elle-même affiche son alarmisme, les prévisions catastrophiques se dessinent en vague déferlante

 

Dès lors le plus Sans titre 6 urgent aux yeux du supplicié,

Retomber illico dans les bras de Morphée

Sous une couette chaudeSans titre 8

Attendre que demain soit un jour différent.

Et qu’à nouveau  Sans titre 11 le soleil illumine la vie.

 

 

Ce renoncement, ce retour au ventre maternel, ce repli sur soi-même, seul  semble salvateur, faisant alors   tourner le monde en mode déraisonnable.

Il suffirait pourtant……

Sur cette terre ,  aimée cependant houspillée

 Que les hommes, réagissent et prennent leur destinée en mains.

Ce serait peut-être une potion magique pour palier au ras le bol général.


LE remède placébo !

 

 

 

Défi #429 - Le défi du samedi

Eh OUI ! Y'a des jours comme ça !!!! A vous de jouer sur ce thème ! 

http://samedidefi.canalblog.com

 

 

 

 

Posté par JAK la JARJILLE à 09:22 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

15 nov. 2016

J' assume

 d'après idee de plume D' evy

Je suis le chat  chat agrumenommé Protoplume

    

Céans, j’erre au hasard, malheureux sur le bitume

A la recherche impossible d ‘un  joli filoplume

Mais il fait si sombre et si froid dans cette brume

Que je vais devoir déguerpir et changer ma  coutume

Cela chassera grandement mon humiliante  amertume

De ne pouvoir trouver ici bas  ultimo,  gent  porteplume

Moi qui aimerais tant me rassasier de zoziaux à plumes.

Dès lors, pour enfin  pourchasser mes idées  noctambules.

Alors, bizarrement , outillé  d'un épluche- légumes

 je vais plumer méchamment  orange  les agrumes

 

Puis avec ardeur les écraser vivement sur l’enclume

Abandonnant ainsi un impressionnant volume

De déchets, de vilenies, de saleté et de spume

 

Aux aurores, demain ma maitresse, avec amertume

Hurlera furibonde contre moi, mais cela je l’assume.

 

Je suis certain que probablement elle en tirera fortune

Et fera de ma rébellion,sur son blog, un chef d’œuvre anthume

 

 



Posté par JAK la JARJILLE à 09:27 - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags :
13 nov. 2016

confidence

d après une idée de mill et une mot a incorporer confidence

  
 

Je vais vous faire une confidence,

J’ai beau rectifier mon aigrette, la mettre en éventail,

Faire la roue devant vous, pavanez en plein jour,

paonner à tout va

Je me demande bien si je ne me Trompe pas

en choisissant ce perchoir où je viens d’amerrir.

 


Sujet semaine 46/2016 - Mil et une, atelier d'écriture en ligne

Le mot à intégre CONFIDENCE

http://miletune.over-blog.com

 

Posté par JAK la JARJILLE à 10:18 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :
07 nov. 2016

Ces petits rien qui nous font du bien ...

d'apres idée de sam défi

 

                                     defi 428 ces petits rien qui nous font du bien

 

Défi #428 - Le défi du samedi

Les petits riens qui font du bien ! (d'après une idée proposée par Joe Krapov) ...

http://samedidefi.canalblog.com

 

Posté par JAK la JARJILLE à 10:28 - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :

Misère du monde

deuxieme proposition sur DÉFI N° 84 THÈME " Gommer " -
 Les Défis de la Plume D'Evy

 

 

GOMME POURA T EFFFACER (page 1)

 

Il m’a semblé que le tableau de Picasso, Guernica pouvait illustrer ma question

Posté par JAK la JARJILLE à 08:48 - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :

EUX

 thème proposé par Evy GOMMER

j ai fait deux themes sur gommer

voici le premier 


 

IL patiente sur le quai de la gare. ELLE a manqué le train et comme d’habitude, sera certainement dans le second convoi.

 

15 ans que chaque soir IL vient la chercher dans cette gare sordide.

 

Au début de leur rencontre IL ne remarquait pas les quais tristounets, ni le guichet à la vitre blafarde, encore bien moins les fleurs fanées, abandonnées

 

Une seule chose l’ébahissait : sa crinière de blonde éternellement et sagement, nouée sans un cheveux rebelle, toison de rêve que le soir IL déviderait comme un cocon de soie.

 

Leurs sentiments s’étaient ancrés dans une complicité idyllique

LUI sans ELLE, ELLE sans LUI semblait inconcevable.

 

Puis les cheveux de chacun prirent une teinte blanche, la

mélanine au repos refusait de bosser.

 

ILS en rirent souvent, puis ILS s’habituèrent,

 

 La routine s’installa sournoisement entre eux.

 

Les surprises, n’eurent plus cours, tout était d’avance annoncé.

 

ILS commencèrent à s’ennuyer l’un de l’autre…

Entre eux la fadeur  émergeait infailliblement

 

……

 

Le second train bruyamment  annoncé,  entre en gare.

 

Au moment précis où ELLE met le pied sur le quai, IL a son regard qui porte sur une gomme échouée là , échappée probablement d’un sac d’écolier,

 

Une idée jaillit comme un éclair dans sa tête :

 

 

Que n‘ai-je une gomme efficace, capable de tout effacer, repartir à zéro ?

 Alors je construirais autrement notre vie

 

Immanquablement nous aurions des enfants qui viendraient à jamais lier nos destinées.

 

Sur l’autre voie un train lui aussi bruyamment annoncé, entre en gare.

 

 

 

en sautillant,  Il traverse le ballast, et  avec un sentiment de liberté,

 IL y monte..... sans ELLE

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Posté par JAK la JARJILLE à 08:40 - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags :