02 mai 2017

Ya pas de sots métiers


http://impromptuslitteraires.blogspot.fr/

Après nous avoir décrit comment vous aimez l’amour, voici un tout autre exercice
puisque vous devrez utiliser les 4 mots suivants: flavescentcalifourchonambigu(ë), chorège
ainsi que la phrase : Calfeutrée dedans sa loge, la concierge priait en vain  en les plaçant à l’endroit
qu’il vous plaira dans votre texte.
Merci de souligner ou mettre en gras les 4 mots et la phrase imposés

 

 

Sans ressources  depuis longtemps, Irène, septuagénaire, avait accepté sans ambigüité     ce nouveau  travail. D’autant plus qu’elle n’était pas à califourchon sur des idées fixes de métiers à exercer : elle était prête à accepter  un emploi de n’importe quel chorège de la place, pourvu qu’il lui fournisse les subsides  pour vivre.

Et cette fonction restait dans ses cordes, avant son AVC elle pratiquait quelque peu déjà en amateur dans sa cuisine.

Maintenant bien remise, sans séquelles, du moins apparentes, elle était sortie du gouffre où elle avait été plongée il y a 4 ans.

Elle se présenta au 10  du boulevard Montmartre.

Un portier efflanqué, le regard vitreux, l’haleine pestilentielle lui demandât sa carte d’identité.

Obnubilée par l’aspect  insolite de ce gardien du temple arborant une crinière folle,  aux cheveux d’or  flavescents,  noués en queue de cheval,  elle fut  très troublée, et ne pouvait trouver ses papiers,  dans le fouillis de son sac,.

L’homme bougon la tança avec une voix étrangement féminine :

Alors Mémée on se presse !

Indignée, elle jetât à la tête de ce malotru ses certificats enfin dégotés.

Le gardien la laissa passer après avoir informé par bigophone la concierge  de sa présence sur les lieux.

Celle-ci, peu amène  arriva pour la prendre en charge.

Elle fut introduite dans une salle immense de ce musée où l’on pouvait  voir des Expositions permanentes et temporaires.

La responsable du lieu, sans sourire,  lui remit en mains un plumeau,  et lui expliqua qu’elle devrait épousseter toutes les mises en scènes de cinéma qui avaient été si bien reconstituées. Elle devait commencer, par la fameuse scène mythique où l’on voit,

Jean Gabin dire à Michèle Morgan « T’as de beaux yeux tu sais »

Irène mis du cœur à l’ouvrage, elle voulait garder la place qui en plus de subsides, lui permettrait de voir de belles choses.

 

Et  calfeutrée dedans sa loge, la concierge priait en vain  pour que cette énième  femme de ménage ne fasse pas l’affaire, car elle avait promis de pistonner sa nièce pour cet emploi. 

Posté par JAK la JARJILLE à 07:31 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

24 avr. 2017

Amour, toujours,

De mon balcon, où je viens pour  respirer un peu d’air printanier, je découvre  mon voisin vieillissant,   le jardinier. Il est protégé des rais du soleil par un ample  chapeau de paille tourmenté par les nombreuses expositions estivales.  

Il   s’active bizarrement, au milieu du potager

Il   dodeline de la tête de façon inaccoutumée et fait des gestes  de semeur, avec  ses mains noueuses déformées par les rhumatismes

Il a cueilli une marguerite, et arrache un à un les pétales   d’une manière sensuelle, portant chacun d’entre eux  à ses lèvres.

De loin il me semble l’entendre ânonner … beaucoup,  folie 

A –t-il perdu la tête ?

Depuis que Marie son épouse révérée s’en est allée, il est interminablement triste. Mais aujourd’hui c’est  un rayon de soleil qui est venu   illuminer  son  visage sillonné 

Passionnément, il n’a pu résister au plaisir  d’entrer en  communication  avec sa chère et tendre disparue.

Un peu, beaucoup, passionnément, à la folie,  cette coutume désuète, ils en jouaient ensemble dans leurs jeunes années.

 Aujourd’hui elle  a permis le miracle.

Il lui dit et redit son amour

Et cette belle expression « Effeuiller La Marguerite » revêt tout son sens devant cet amour qui ne finira qu’avec lui.

.

                                                              drawn jak efleurs

 

 

 

 

Jak pour impromptus Aimer l’amour et l’écrire