16 mars 2017

il y a ...... La curieuse

 

 

Depuis mon sixième étage, bien callée sur ma terrasse, j’observe le marché.

Cela grouille là-dessous, des sons cacophoniques montent jusqu’à moi comme d’évanescentes volutes de  fumée.

J’embrasse du regard cette foule cosmopolite, le  champ visuel est grand, mais mes yeux de myopes m’empêchent de cerner distinctement tous les détails, alors  mes jumelles d’espionne viennent à la rescousse.

Là dessous, cette fourmilière me captive. il y a  tant de choses à voir, à deviner..

 

il y a... ce manchot-mendiant assis en tailleur, une sébile sur ces genoux, en quête  d’un regard bienveillant,  bientôt,  peut-être  d’être suivi d’obole.

 

il y a... ce camelot lançant en l’air des torchons à carreaux, puis  les rattrapant en un  geste  de pêcheur levant son filet,  et dans   sa fougue loquace    proposant  une douzaine à prix imbattable.

 

il y a... ce chérubin effréné , là,  surgissant  d'un  porche, à la poursuite  de son ballon

il y a... sa mère affolée qui le talonne pour le stopper à temps

 

il y a... le volailler qui pèse avec précision, une poule se débattant, les pattes attachées.

 

il y a... JANJAN le buraliste qui ressort ses panneaux recouverts de revues à  la Une alléchante, parfois scandaleuse.

 

il y a... cette ménagère mal à l’aise  qui compte sa monnaie, pour constater peut-être qu’il ne lui reste que peu d’euros pour terminer ses achats.

 

il y a...  les deux comparses Utack et Bonchien , l’air de rien, renifleurs, qui lèvent la patte sur tous les étals au grand-dam des marchands-forains et autres camelots

 

il y a... deux jacasses, mains sur les hanches : pia-pia-pia---patati patata ne s’écoutant ni l’une ni l’autre

 

il y a... aussi, oui, quoi donc ?

 

Oui….

 

il y a... le facteur zigzaguant sur son vélo entre les passants, une lettre timbrée serrée dans  ses lèvres, c’est sa façon à lui  de trier  le courrier rapidement, sans perdre de temps à chercher dans sa besace les missives  du prochain destinataire.

 

 

Un peu plus loin

 

il y a... la fumée qui sort de la  camionnette du pizzaïolo,

il y a... des clients qui commandent une pizza royale ou jambon et attendent la  fin de la cuisson, en salivant d’avance

il y a... le camion-éventaire  de JELITOU un grand sec, un crayon à l’oreille, qui propose des livres d’occasions, sales et déchirés, mais aux titres qui en disent long et suscitent la curiosité des chalands

 

 

Et puis, soudain, il y a...  un mouvement de foule.

Je ne distingue pas ce que cache le cercle de badauds.

Je monte sur mon tabouret pour mieux distinguer, et là au sol

il y a... cet homme qui s’agite en tout sens, personne n’ose l’approcher, il fait malaise cardiaque

il y a... le médecin mon voisin du deuxième qui arrive en courant… c’est une fausse alerte...

il y a... cet homme qui doucement revient sur terre

 

il y a... cette foule  à nouveau  indifférente et s’éparpillant, vaquant à ses occupations .

 

il y a... moi, qui enfin prends la décision, d’aller voir de plus près tout ce monde qui grouille et qui s’agite autour de moi.

 

Jak 13 3 2017

 

Posté par JAK la JARJILLE à 10:00 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags :

14 mars 2017

HAIKU

clik  sur image

▼▼▼

 

Posté par JAK la JARJILLE à 18:26 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :
11 mars 2017

Une image une autre vision

 

 

 

aquarium

 

Au cours d’une escapade, un ouvrage  insolite m’ a incité à  déclencher mon Reflex.

Puis le temps est  passé.... 

Hier j’ai retrouvé cette photo et je l’ai transformée ,dans mon imagination fiévreuse et embrumée,  en  un aquarium .

Pourriez-vous deviner de quoi il s’agissait ?????

 

C'était dans un petit village de ma région, autour d'une église un vieux cimetière. J'y jette un œil  et là je découvre une tombe avec  de cette sculpture.

Hommage à un pécheur-ferronnier, je ne le sais, mais sur fond de mur de pierre je suis restée coite d’étonnement   une seule chose à faire : immortaliser cette  apparition 

La voici 

 

                                                                                   voyage montverdun avec Marie Th juin 2007 (17)

 

 

Posté par JAK la JARJILLE à 19:33 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :

Dans ce vaste monde

pensees espoir

Posté par JAK la JARJILLE à 11:10 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :
10 mars 2017

Buvard

 

buvard

Les buvards m’ont toujours fait rêvasser.

Je n’écris plus avec une plume Major, depuis belle lurette, et mon stylo plume moderne ne pleure plus sur le papier, mais j’ai toujours la nostalgie de ces rectangles mystérieux. Certains étaient publicitaires, mais je les dédaignais, car ils occultaient le secret  que l’on pouvait découvrir dans ces tamponnages  exécutés d’un geste rêveur, ou dolent, parfois rageur,  souvent  automatique

Que de fois à l’aide d’une glace dans mes jeunes années, j’ai  déchiffré les arcanes  de ceux que je pouvais avoir sous la main, dont  je me sentais la seule détentrice  initiée, pour les faire parler….

Si  cela ne donnait pas toujours un sens aux mots dévoilés, ils  avaient cependant été emprisonnés là, dans toute leur vérité. Parfois,  le buvard avait servi à plusieurs scribans, des mélanges hétéroclites d’écritures s’enlaçaient voluptueusement.

Plus sophistiqué j’aimais aussi le tampon buvard, digne de grands scribouillards.  Mais sur mon petit bureau d’écolière je n’avais que du buvard ordinaire. Souvent rose,  parfois beige ou gris clair. J’aimais cette sensation de douceur lorsque l’on passait la main dessus.

 

Résurgence de souvenirs qui semblent  désuets Le Bic ne bave pas, mais souvent exsude sa moelle, dans des poches, oubliés par les étourdis. Alors point de buvard pour tempérer la catastrophe.

Dans 80 ans les touches tactiles seront les souvenirs des anciens d’alors, mais la caresse  originelle n’y sera pas.....

Posté par JAK la JARJILLE à 13:53 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags :

07 mars 2017

Belles images...

 

Sans titre 2

 

 

Non ce n’est une nouvelle star exubérante à la mode peinte par un avant-gardiste.

Il m’a semblé  que cette image, en lisant de quoi il s’agissait ,était significative du climat actuel:

des ventouses qui s’agrippent.

 

Mais foin de politique, cette image scientifique est merveilleuse.

Elle nous rappelle que la nature est extraordinaire…

Des  hommes et femmes aussi, heureusement.

image prises ref ci dessous

Sans titre 3

Posté par JAK la JARJILLE à 08:40 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
06 mars 2017

Le jardin d’Olympe n’est pas ce que l’on pense

 

titre dans le jardin 6 3 2017


 

 

 

au jardin de bonne heure reveil du prinbtemps

 

Planqués  dans le vieux char à banc,  Max et Luna les faux jumeaux,  contemplent le réveil printanier du jardin.

 

 

 Quelques timides violettes embaument leur nez,  mais ils n’ont d’yeux que pour le chat Garfield qui baille, après une longue nuit d’insomnie en balade sur tweeter  à courir après des souriffrages incertains

 

 

 

Le matou noir, plus pépère a passé sa nuit sur l’oreiller de sa maitresse Olympe,  et il dort encore, mais si peu, car rien ne lui échappe.

 

 

La poulette Julie  s’inquiète  de l’absence de ses sœurs Ségo et Valérie …

 

Elle  ne sait pas qu’elles se sont rendues à une manifestation de casseroles,  sur l’esplanade  du système, pour soutenir leur collègue Péléno. à qui ont a supprimé la couvée 

 

 

Qui eut pensé qu’une scène si paisible fût évocatrice  de tant de....mots…..

 

 

La suite va  faire du bruit dans le Landerneau 

 

 

Posté par JAK la JARJILLE à 16:53 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : ,
05 mars 2017

Flânocher

Dimanche 5 mars

J’ai beau être en vacances depuis… ans (je ne préciserais pas pour ne pas vous rendre jaloux) j’ai gardé le rythme du dimanche.


Lever, hélas matinal dû aux insomnies


Mais après un petit déjeuner complet, en compagnie de quelques morceaux de musique sucrée, et de plusieurs noisettes tapageuses, je remonte m’étendre, pour fainéantiser un peu. Un droit que je m’octroie….pas seulement le dimanche ☺


Le soleil en cette saison me dit bonjour par la fenêtre en me faisant cligner de l’œil.*


J’ai la flemme de me relever pour clore les doubles rideaux, alors je me pousse un peu plus loin dans mon vaste lit sous la douillette couette de plumes d’oies.

 
Et là je paresse. Que dis-je, je lambine, laissant courir mes pensées sans les retenir, une sorte de méditation façon Jak.


Un bon livre, quelques notes sur un calepin, la langueur alors m’envahit, et hop, à nouveau je repars chez la fille d’Hypnos et de Nyx, et je m’y abandonne toute entière.
Tellement qu’à mon réveil, je regrette un peu de ne pas avoir jouis de ce temps d’abandon. Mais il s'est enfuit, c’est fini.


Seul me restent quelques vagues souvenirs d’errances rêvasseuses…


Alors pleinement décidée pour glandouiller tout mon dimanche, je vais à nouveau essayer ma méthode perdre mon temps à l’infini…


Et demain, lundi je serais fin prête pour commencer une semaine très très chargée..
A un point que vous ne pouvez imaginer …

 

 

 

NB* voici ci dessous une photo de cette fenêtre que j ai pris un matin de 2015, le soleil  apparaissait au travers des rideaux en faisant ressortir la trame du tissus .Vous comprendrez tout alors….

a t ravers les rideaux soleil levant

 

A travers les rideaux ouverts sur la fraicheur du matin , un peintre est passé par là au lever du soleil.

Merci nature aujourd’hui je ne prendrais pas mes pinceaux tu as travaillé pour moi, et un clic a suffit pour que j’éternise ce moment volé

 

Posté par JAK la JARJILLE à 08:54 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
03 mars 2017

NEOLOGISMES

nouveaux mots robert

Ce matin  après avoir consulté mon matinalier et pris une ristrette serrée...

et  j’ai descendu dans  mon jardin  pour y cueillir du romarin. ♫♫♪

 Et là,  dans mon poulailler (un  véritable modèle d’ écocité,) les volatiles    courraient dans tous les sens.

 Un renard à l’entour ? Me dis-je, que nenni !

Coqs & poules, semblaient  tous s’enjailler et négligeaient pour une fois les graines d’Alfa alfa que je leur avais  fait germer sur le lombricomposteur .

J’avais vu cette méthode  sur la toile en bon en geekeur que je suis .

Une scène postacalyptique s’offrait à ma vue.

Le coq en chef,   un antispéciste prônant  le régime végan, préconisant le vivre-ensemble rassemblait toutes ses émules.

Il les avait réunis en une sorte de tripartisme, réclamant leur vote d’adhésion au nouveau parti qu’il voulait créer pour remplacer ceux défaillants de notre république.

Son programme était clair (autant qu’un soir d’orage) et notamment il réclamait la disparitions des viandards  qu’il jugeait pas assez chouille , un peu trop hackathon ne s’occupant pas de la valetaille, ne cherchant qu’à uberiser  pour en tirer profit

Les poulettes, qui  on le sait ont le cœur sensible, n’étaient plus qu’occupées à tchouler

Bref un triste spectacle dans cet amphithéâtre rupestre.

Ne pouvant rien faire pour leur cas, à mon tour je les abandonnais, et de ce pas allait tweeter  à mon assureur   afin qu’il me malusse le transport  dans mon J7 de toutes ces bestioles pour  l’abattoir.

J’en aurais fini avec la poulaille et je me mettrais à l’aquabike .

 Le soir loin d’être embarrée ,  je posterais mes exploits en devenant youtubeuse

Et avec cette activité  débordante  je ne risquerais pas d’avoir un encéphalogramme plat.  

 

Allez bonne soirée de la part de Jak cot cot☺☺☺

 

 

 

 

Posté par JAK la JARJILLE à 15:06 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
27 févr. 2017

les ombres s'allongent

d_manche il est tard

 

Posté par JAK la JARJILLE à 10:20 - - Commentaires [4] - Permalien [#]