03 févr. 2018

Soliloque

 

DEFI 
 défi no 53 Ghislaine 
 Les mots à ajouter  Corde, couloir, cran, chute,soutenir, sauver, suivre, supposer.
phrase  ""Si tu penses que je vais te croire"" 


 

defi 53 (page 1)

 

Monsieur rentre  d’une  soi-disant compétition  de ski , comme chaque dimanche soir, depuis quelques temps

Madame  l’accueille dans le couloir, les bras repliés sur les hanches, en véritable mégère, elle l’apostrophe d’emblée :

Alors cette soi-disant chute ? ,  tu as le cran de me soutenir  qu’elle s’est passé sur la piste des Edelweis à Tatillon les2Alpes   !

Je suppose que tu persites et signes . ?

 « Si tu penses que je vais te croire »  tu es dans l’erreur.

Et bien mon mignon, je t’ai fait suivre  , par l’arrière  neveu du célèbre  John Silence, il m’a fait un rapport détaillé.

En fait de chute, c’est dans les bras d’une  jeunette que tu es tombé.

 

Mon cher je demande le divorce, rien ne pourra te sauver, fini pour moi la corde au cou .

 Après 15 ans de mariage, je te quitte….

 

Posté par JAK la JARJILLE à 19:19 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :

02 févr. 2018

Ourserie

 

yeti le defi du samedi (page 1)

Posté par JAK la JARJILLE à 23:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
31 janv. 2018

Mais ou est Nu t'es la?

 

 ( " liste de courses ") proposé par les Cabardouche pour les Croqueurs de Mots. - Cabardouche

" Vous avez trouvé une liste de courses qui traînait dans un chariot de supermarché, faites parler la personne q
http://francois-marie.over-blog.com

 

 

-Dis donc Lulu    arrête de jouer sur la Nintendo. La m’am nous a demandé d'aller  faire des courses

-T’as ka y aller moi chuis OKP

Grognement de Lulu qui néanmoins s’exécute. Son frère ainé est le pacha de la famille, lulu lui doit obéissance en tout.

Que de taloches reçues pour les bêtises ordonnées par le grand frère, que de corvées de vaisselle accomplie par Lulu…

Il prend la  chose  comme acquise le pauvre môme.  C’est le destin se dit-il dans sa tête.

 Sur la liste de course La mère a noté,   entre autres

crème de marron.

Miam miam il aime ca.

Le voici arrivé au super marché.

Une foule bigarrée faite de vieux crochus, de jeunes boutonneux et de ménagères économes,  est en ébullition, là devant lui. C’est à qui se crêpe le chignon, s’envoie des gnons, des insultes.

Lulu a pour lui sa minceur et sa débrouillardise, il  se faufile et arrive devant le rayon des Nu t’est là .

Hop ! Hop !Hop, !  dix pots il en prend le Lulu,  car aujourd’hui ils sont presque gratis.

La mère va adorer.

Les autres achats, ce sera pour demain, il faut sortir de cet enfer dantesque.

Apres maints virages sur les chapeaux de roues de son charriot,  prenant un issue de secours, il arrive vers la sortie.

Et là surprise  une vieille,, genre Marie Poppins,  le chignon en bataille, avec son parapluie,  lui barre la route.

Il freine, car il  y a beaucoup  d’humanité en lui, , il ne veut pas écraser une  mémé  visiblement en partance pour un meilleur monde. .

Mais hélas...

Le chariot dérive et vlan tous les pots sont éjectés…

Et les v’là sur les carreaux , verres brisés, des éclaboussures partout, et ça colle sous les pieds.

Il prend ses deux jambes à son cou, refusant la responsabilité de sa bêtise, mais il est saisi au collet, justement, 

par un vigile, qui passait par là, - en fait il sortait des toilettes au lieu de surveiller là bas la tourmente. génerée par cette annonce irréaliste 

 Il prend une bonne raclée et pour corser le tout, notre Lulu est alors puni pour donner l’exemple.

Pendant un mois il devra après sa sortie d’école, nettoyer les toilettes.

 

C' est le chat qui est furieux il n’a pas eu ses croquettes ce soir là.

 

 

 

 

 

 

 

Posté par JAK la JARJILLE à 11:42 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :
30 janv. 2018

Melusine

 

 

 

2018-01-31 01

 

 

 

 

 

Telle une sylphide,
elle est la magicienne de la blogosphère
Elle veille sur nos blogs y mettant son grain d’esprit, son grain de sel,
qu'elle éparpille en une poussière de sourires
Des commentaires encourageants, rassurants qui font de pourpre rendre nos joues.
Elle glose, parfois quelque peu railleuse, mais toujours très tolérante
Elle est une vrai pédagogue, notre maitresse d’école
Elle a pour nom la Fée Mélusine,
Que les intimes nomment Jill Bill
Et que vite revienne le temps de nos devoirs...
le temps du plaisir partagé

 

 

Posté par JAK la JARJILLE à 23:22 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags :
27 janv. 2018

Ecrivaine ou presque

 

 

 

 

 

J. change  d'appartement, et joue au  " vide-grenier"

. Sous les toiles d'araignées elle s'attarde  un instant devant ce vieux coffre.

Des lettres y sont jetées pêle-mêle.

L'une dactylographiée attire son attention….

 

.... 

 

Elle avait une  vingtaine d’années… C’était  dans les années 50. 

Le verbe facile, la plume légère écrivait des nouvelles pour un journal local..

 

Des appréciations diverses étaient émises par les lecteurs, seules les élogieuses l’intéressaient. Parfois,  cependant  pour quelques autres , constructives , elle s'y attardait et jetait un coup d’œil,   en tirant les conclusions pour s’améliorer.

 

Un jour elle reçoit une lettre manuscrite d’un éditeur inconnu ,  en mal d’auteur, lui demandant de bien vouloir lui adresser le recueil de ses « écrits ».

 

Flattée on ne peut plus, elle lui envoyat alors  ses pages dactylographiées sur sa chère Underwood, ..

 

.

 

Quelle ne fut pas sa surprise, de lire quelques temps plus tard ses « bafouilles » dans un quotidien régional, signé d’un auteur inconnu .. Aucune mention de son nom, ni de son pseudo qui était alors Naïyvette.

 

Ulcérée elle écrivit  derechef à ce malotru, la lettre dont elle  vient de retrouver la copie au grenier, et que voici

 

                          vieille lettre ecrits

 

 

 

etc. etc

 

 

La conséquence?  elle n’ eut aucun droit, car elle n’avait  pas signé de contrat auprès de cette fripouille.

 

 

 

Ce triste événement mis fin illico à sa carrière d’écrivaine.

 

La raison pour laquelle personne n’a jamais vu  son nom  étalé au haut des Hit-parades littéraires .

 

Devenue arrière-grand-mère, elle se console en pensant  qu’elle a  peut-être  laissé de l’espace à une certaine Françoise…..qui était sa contemporaine  et dont elle était l'ainée d'un  mois .

 

 

 

 Elle songe  à tout ceci là-haut dans ce grenier,  avec un certain sourire, sans bleus à l’âme

 

 

 

 

 

 

 

Posté par JAK la JARJILLE à 23:57 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,

26 janv. 2018

Ex Abrupto

 


 Xérès qui manquent. Parlez-nous en sans modération !

 

Lorsque l’inspecteur Boutanche interrogeât ce grand sec,
Au visage de couleur pâle, épaules en bouteille St Galmier,
Il eut comme une paréidolie.
Surgirent devant lui les vignes de son Andalousie.


Etait-ce dû à  ses abus d’alcool ?
Pour le savoir il faudra l’autopsier.

Alors Boutanche,
Soûl de cet' apparence hallucinatoire,
En bafouillant lui demandât son nom.


Et quand l’autre lui répondit

 

XERES



Il en tombât sur son cul-embouteillasses,
Aux fesses bien moelleuses, toute en graisse.


Et surtout c’ qui le déconfiturâ,


C’est quand Xérès éructa qu’il était cousin de Sherry



Boutanche illico, au garde-à-vous comme un pleutre  s’mit

 

 


Jak pour le Défi du Samedi

Posté par JAK la JARJILLE à 23:06 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

Rendez vous manqué

 

Défi no 52 

defi imposé ecrire 8 mots 

chance, route, clair, confiance,
semer, marcher, soutenir, souffler.



http://ghislaine53.eklablog.com

 

 

C’était clair comme de l’eau de roche, il me fallait être à 18 h pétantes à Pépin sur le Bastring 

J’avais pris la route avec un chauffeur   sympathique qui m’avait gentiment  auto-stoppée

Pas de chance mon routier était alcoolo et quand on l’a fait souffler au péage il avait 4gr35

Alors j’ai marché jusqu’ restoroute, et là j’ai trouvé une belle fille qui m’a proposé de m’avancer.

Nous avons roulé comme des folles j’avais du mal à soutenir les battements de mon cœur,

 Alors elle m’a dit fait moi confiance, avec moi t’arriveras à l’heure.

J’avais peur de sa conduite, je paniquais, aussi  prétextant un besoin urgent, sur le bord de l’autoroute chuis descendue pour la semer.

Tant pis si mon rendez vous ne sera point  assuré,

Ma vie avant tout vraiment, car m’dame ,elle le  vaut bien..

 


 

 

 

Posté par JAK la JARJILLE à 19:39 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :
25 janv. 2018

Marre d’attendre

 

marre d attendre

 

 

 

La mare en a marre

Elle stagne et point ne se marre

Elle est lasse d’attendre que la pluie la reminéralise

Alors que son copain l’étang prend son eau à la source qui l’irrigue

La marre est lasse de stagner avec ses sphaignes

Et voir les canards jouer avec elle

L’étendue de l’étang la grise

Un jour elle va s’évaporer en pluie et ira faire déborder ce

Vaniteux qui la méprise.

 

Et comme l a dit le philosophe grec Anaxagore : « Rien ne naît ni ne périt, mais des choses déjà existantes se combinent, puis se séparent de nouveau »  

Posté par JAK la JARJILLE à 11:40 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :
23 janv. 2018

CHANCE

 

prenom chance

 

 

 

 C’est un mot galvaudé, imploré  capable d’espoir et de désillusion 

Qui pourtant, déveine ou hasard n’est pas toujours au rendez vous

Parfois il est discret et sage, à l’instar d’une bonne fortune passagère

A d’autres moments   tapageur. Néanmoins bienvenu dans tous les cas

Oui l’exquis  vocable  chance est d’un agréable   usage

Et ne dit-on pas  qu'e l' étoile  de la chance sourit souvent aux audacieux

 

Posté par JAK la JARJILLE à 23:36 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags :
20 janv. 2018

Un train de Rêve

 

Défi #490 - Le défi du samedi

Pour nous rappelerl'Adriennedont c'est un des thèmes favoris : Wagon (de train)

http://samedidefi.canalblog.com

 

 

Je suis mécano chez  Mastodon et mes   sympathiques collègues m’ont  offert,    un voyage en train  prestigieux, à l’occasion de mon  départ à  la retraite. Je n’ai à m’occuper de rien, tout est prêt pour que j’appareille.

 

Ce n’est pas peu   ce parcours prestigieux à bord du  TRANSTRAINTRAIN  dont je  leur ai tant parlé.

 

 

M’y voici enfin sur ce quai de gare !  Le monstre m’impressionne.  m’émerveille, m’époustoufle,

 

Fier comme Artaban , je suis  sur mon 31 – ici les jeans ne sont pas admis- .

 

Je ne vois que des couples énamourés, et moi, célibataire endurci, suis seul,  Mon compagnon l' inestimable  Azora a été refusé du fait de son manque de tenue en société

 

Je joue les habitués décontractés, et je monte   prestement  dans  le  train  où une place m’est réservée. Un chef de wagon m’accueille et m’octroie mon emplacement.

 

Installation, vérification des couchettes, j’en ai deux à ma disposition.

 

Un tour au restaurant, je pense que tout sera ad hoc.

 

Les paysages défilent, des vues imprenables, que je prends quand même,  en les pixélisant  avec mon petit téléphone portable.

 

Ma destination lointaine me porte à la rêverie. J’imagine la grande capitale où je ferais une escapade.

 

Un watchmann passe me demander si je n’ai besoin de rien. Le tacatac-tacatac-tacatac  du roulement  me berce agréablement.

 

Arrivé en gare de  Moskva,  Poutine en personne m’accueille, voulant me rendre honneur. - a-t-il connu par ses réseaux nombreux  mes activités d’ex syndicaliste,?-

 

Sourire figé aux lèvres, il me prend dans ses bras et m’embrasse sur la bouche, J'en suis tout retourné. 

Me demande des nouvelles de notre président,  bizarre car hier aux infos je l’ai vu  avec lui.

M’annonce que pour la coupe du monde il va faire construire un super train,

 et qu’il  cogite pour  bricoler  un nouveau truc afin de déloger un certain Tromp qui commence à l’emmerder.( tiens -tiens j’avais ouï-dire qu’il avait facilité sa venue  par des attaques informatiques) Encore une fake-new

 

 

 

Je ne comprends rien à tout cela. Je suis muet, les yeux écarquillés.

 

La foule est dense autour de nous, formant comme une houle ondulante.

 

Soudain un grand fracas, Poutine est  bousculé par le brusque mouvement de la multitude  qui vient de se rendre compte que ce n’était pas moi qui était attendu,…

 

Alors tous se dirigent vers le grand  , le beau , Gégé en personne qui était dans le wagon suivant.

Oui je suis son sosie, mais quand même !

Dans la bousculade  je me suis cogné et le sang coule de mon nez.

 

Une belle moscovite, habillée en infirmière vient éponger avec un coton doucereux mon appendice nasal.

 …

 

Et alors...

 

 Je sens qu' AZORA lèche avec ferveur le sang qui coule de mon nez. Il s’est rendu compte dans son attention perpétuelle  pour moi que je faisais une nouvelle crise d’épistaxis, et il m’a réveillé, me sortant de ce rêve burlesque.

 

Il était temps que je me réveille pour ne pas manquer mon train. , Aujourd’hui c’est mon dernier jour de travail chez Mastodon, . Je vais offrir  mon pot de départ.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

,

 

 

 

 

Posté par JAK la JARJILLE à 00:00 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags :