Défi écriture no 74 + Récap du no 73

P 2 choix pour le défi écriture no 74 du 10 Octobre.
motsa incorporer :
Songe, méconnu, image, pareil nocturne, éphémère, harpies, utopie. ou la phrase ; Nul besoin de miroir pour....

http://ghislaine53.eklablog.com

 

 

Dans un château vivait une jeune princesse méconnue, qui n’avait pas une once de méchanceté. Elle était sans pareille, belle, intelligente et généreuse .

C’était une rêveuse, et toujours dans des songes, elle vivait dans une sorte de tour d’ivoire.

Sa belle-mère, une Harpie, n’avait nul besoin de miroir pour s’admirer, car chaque jour dans  un étang du château, elle y contemplait son image sans âme.

Le calme plat de cette pièce d’eau adoucissait ses rides, puis des éphémères

 

ephemeres

voletant lui tissaient une couronne, elle se voyait alors  très belle.

Quelle utopie ! Car lorsqu’elle interrogeait Merlin l’enchanteur de l’étang, celui-ci lui répondait invariablement

« Vous êtes belle, très belle, mais votre belle-fille l’est mille fois plus que vous. »

A bout de nerfs, d’entendre de telles turlupinades, un jour   elle décida de se venger.

La belle princesse écoutait une nocturne de Chopin, paisiblement assise dans son rockingchair. La mégère en profitât pour l’attendrir – (connaissant bien l’adage : la musique adoucit les mœurs)

Elle s’assit à coté d’elle, et prétextant une petite faim, elle croqua dans une pomme, et en offrit une autre à la jeune demoiselle.

Celle-ci, reconnaissante de la gratitude de sa belle mère y croqua à pleines dents.

Elle tomba aussitôt dans les pommes, car le fruit offert était empoisonné.

Elle s’endormi illico d’un sommeil prometteur d’éternité.

Les serfs et manants venaient pleurer autour de son cercueil où elle était exposée, tout de blanc vêtu

Elle avait pris à l’insu de son bon vouloir un bail emphytéotique qui dura le temps d’une guerre de 100 ans.,

Au bout de ce long temps, un jeune prince, qui rentrait dans ses foyers après une épopée guerrière, passa par ce petit bois aux alouettes.

Il vit cette beauté, compris qu’elle était morte, mais voulu l’embrasser. Tant de joliesse l’avait ému.

Alors miracle, la jeune princesse se réveilla, sauta dans les bras du joli prince égaré, et enfourcha dare-dare, en amazone, la belle rossinante qui servait de moyen de locomotion au jeune damoiseau.

 

Ils n’eurent pas d’enfants car la fée Mélusine qui passait par là, venue rendre visite à son pote Merlin, leur jeta un sort :

Ils seraient infertiles !

Ils s’en fichèrent totalement, car héritiers de deux royaumes, toute leur vie durant il festoyèrent, et eurent de nombreux amis.

Mais dans les deux domaines les pommes furent bannies.

Il fallut attendre un certain Guillaume pour les voir réapparaitre sur la tête de celui qui n’était pas, bien entendu, le fils de nos deux tourtereaux.

 

 

 

 

guillaume fils