C ‘est une étonnante   procrastiniseuse. Je la  connais, elle m’est même très intime.

 

Il y  a des mots qu’elle proscrit absolument : organisation, emploi du temps, planning, pour elle c’est risque d’overdose

 

Elle préfère entendre : demain, j’hésite,  plus tard, je ne sais pas…peut-être…

 

D’autres  recherchent  résolument la lumière de la certitude dans leur action, elle préfère  le clair-obscur.

 

Elle tergiverse,  pour à bout de souffle,  prendre parfois une décision périlleuse.

 

Les jours se suivent à la vitesse  grand V,  et  dans son travail les dossiers s’accumulent avec la même célérité.

 

Elle n’arrive pas à saisir le taureau par les cornes. Par là-même elle se sentirait  soulagée, non,  elle se pénalise, et le poids de  ses hésitations lui pèse lourdement

 

 Même dans la sphère érotique, elle freine.

 

A-t-elle un flirt qui l’affriole, elle retarde  à demain le coup de téléphone.

 

Aussi est-elle seule, célibataire endurcie.

 

Cette situation devenant trop obsédante, une mielleuse  amie lui conseille de consulter un coach qui ferait naitre des  vertus de combativité, à qui veut  bien digérer ses conseils.

 

Quinze jours durant sous sa férule  elle s’évertue de pallier cette soi-disant tendance désastreuse.

Le gourou lui explique qu’elle est guidée par la peur, le manque de confiance en elle….

 

Elle écoute d’une oreille,  pensant j’y réfléchirais plus tard…

 

Puis le 16ieme jour, elle craque, elle laisse choir le coach (qui a bien puisé dans ses économies),  et  avec lui  les résolutions, le dépassement de soi etc. etc….

 

Elle a retrouvé ce qu’elle affectionne   le plus,  la liberté de faire selon sa guise et à son rythme.

Et sortant de l’antre de son maitre à penser, elle court, elle court, ….

jusqu’au bout de la rue, là où elle a repéré un magasin animalier, avec, dans la vitrine un adorable chiot…

 

Elle y entre d’un pas ferme et  sans hésitation, l’achète.

 

Et depuis on la voit tous les jours, légère et  de  jogging  vêtue,  courir avec son Shi Tzu

 

Fini ses temporisations, elle a  dorénavant un but, elle  est guérie.

 

Finalement, ce n’était pas si grave !

 

 Et c’est si bon de procrastiniser …

 

On a tout son temps pour faire sa valise…..