texte   du 10 7 http://ghislaine53.eklablog.com/

sujet libre car Ghislaine dit avoir cafouiller ☺

 

 

Vendredi  six juillet,

 

Le soleil inonde le ciel, il fait très chaud, mais on est bien,

Dernier jour de classe primaire pour les gamins du quartier,

 


La maîtresse pense à ses vacances,cela se devine , se voit à son air de flotter dans les nuages,

Sous le chêne centenaire, le sifflet à la bouche, elle

n'interpelle pas les belligérants bagarreurs, mais si vous étiez près d'elle vous l'entendriez siffloter,

« non ce n'était pas le radeau de la méduse »,

Enfin siffloter, ce n'est pas le mot, cafouiller serait un terme plus approprié ,car elle a une voix de fausset .

Elle fait partie du groupe de ceux que l'on dédaigne dans les chorales, les « sans oreilles musicales », mais elle aime néanmoins chanter ; tant- pis si vous êtes à ses cotés

Ce dernier jour de classe, le ton est mis et l'on l'imagine partant voguer avec ses copains sur le per'penard la guitare à la main.

 

La réalité est plus extraordinaire, beaucoup plus humaine.

De vacances point, elle part, quitte cette ville meridionale aux plages inondées de touristes, car

Des "Fluctuat nec mergitur"  remplis d 'espoir l'attendent:

Elle s 'envolera demain pour aider ces migrants  perdus au milieu de nulle part  , massés sur des cannots hasardeux battus par les flots,  résistants envers et contre tout , et  qui ne veulent pas sombrer.

Alors,

 Résolue devant cette marée de pleurs,de souffrance, la maîtresse ne cafouillera pas.

 '