Thème " Liberez votre folie "

Racontez vos grain de folie...

 

En pratiquant la  généalogie, dans les relevés d’actes  de remariage d’autrefois, au 16 et 17ieme siècle, j’ai souvent trouvé le terme de :

Jules Machin chose délaissé de...

D’une épouse volage, ou de sa femme décédée ?

J’ai supposé  que ce terme « délaissé » sous entendait un abandon du foyer.

Cette entrée en matière pour vous relater mon aventure.

J’étais « délaissée » de P depuis plus de 6 mois.

Il m’avait quitté pour une plus jeune, plus belle, plus riche, plus maline.

La solitude commençait à peser lourd.

Mes relations, mes bons  amis, me conseillaient de ne pas rester seule dans mon petit coin de campagne.

Aussi  poussée par le démon de midi  je me suis engagée pour  l’aventure.

Ah enfin  trouver l’âme sœur ! A 50 ans c'est encore tenant..

Je me suis inscrite à  une réunion, de célibataires qui avait lieu à  la grande ville à 80 km.

 Résolument  armée de  courage, les lèvres embellit et hydratées,- c’est ce que stipulait le tube acheté au grand bazar-,   un petit tailleur décontracté, (plus que moi) , j’ai pris le train de bon matin pour l’aventure.

J’étais debout dans ce tortillard  plein à craquer. Il s’arrêtait toutes les 20 minutes se remplissant d’hommes et femmes venus, eux, travailler à la ville.

 Un malotru, bizarrement accoutré d’un nœud papillon m’a écrasé le pied au passage. Plates excuses.  Ca commençait bien.

Arrivée au lieu de rencontre,  dès l’entrée l’ambiance m’a  refroidie, illico   j’ai pris mes cliques et mes claques pour m’enfuir de cet endroit qui me semblait épouvantable.

Bon,  qu’à cela ne tienne j’irais visiter le Zoo, les singes au moins n’auront pas l’apparence trompeuse de celui qui veut à tout prix se vendre.

J’arpente les allées, et soudain devant moi, comme venant à ma rencontre, je reconnais le ‘ malotru’  du train, avec son nœud papillon.

Etrange, que faisait-il dans cette tenue ici ?

Le responsable du Zoo ?, un gardien fantaisiste ?, un zoologue  venu étudier un spécimen ?

Nos pas nous rapprochent et   alors je l’entrevois  sous un autre jour.

 C’est un bel homme au regard malicieux.

Un coup de folie explose dans ma tête.

Il faut que je lui parle, moi la timide, réservée.

 Je m’arme de culot pour lui évoquer  l’incident du train, en hasardant des banalités  justement sur le hasard.

J apprends que le nœud papillon,   eh bien,  c’était  comme mon tailleur, pour épater la galerie des célibataires où il se rendait lui aussi.

Même déception de sa part, il a fuit  cette foule en mal d’amour, et comme le parc était à deux pas, il s’y trouve présentement et erre le vague à l’âme.

 

Une hardiesse folle, peut entrainer bien des étonnements.  

 

Vous l’aurez devinez, depuis nos deux âmes ne font plus qu’une.