28 oct. 2017

Tic Tac

 

 

                                                                                                        horloge changement dheure

 

Ce soir à minuit, à l’heure où Cendrillon

S’enfuira pieds nus sous ses cotillons

Arrivera le prince des horreurs

L'innommable changement d’heure.

Que de chamboules dans la maison!

Les horloges à mettre au diapason,

Une heure perdue à flâner au lit...

Mais quel est donc ce gourdiflot d’abruti

Qui a échafauder ce finaud   stratagème ?

Pendant quelques jours je me regimberais,

Aucune horloge ne changerait

Aux rendez-vous en retard arriverais

Pourtant  il faudra bien qu’enfin  que je me soumette,

Et mes animaux,  pas si bêtes, patiemment

 Attendront  de la pâtée le moment.

Posté par JAK la JARJILLE à 03:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

21 oct. 2017

Illusions

 

Défi #477 - Le défi du samedi

Bon, le sujet précédent sembleen avoir rendu plus d'un(e) malade. Nous allons tenter de les revigorer un peu jouvence ... et ne...

http://samedidefi.canalblog.com

 

texte jouvence defi samedi

Posté par JAK la JARJILLE à 14:51 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :
20 oct. 2017

Haïku de saison

 

 

coucher soleil montjoint 19 10 2017

 

 Hier soir un clin d'œil du soleil sur le chemin de notre  promenade.

Je l' engrange dans les annales  des moments simples et  heureux .

 

Expressif et frêle le  Haïku ,

 En  voici un  pour cette image qui parera peut-être  la morosité du ciel ce matin. 

 

 

Posté par JAK la JARJILLE à 11:48 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
19 oct. 2017

- ironie du sort -

  

Sujet semaine 42/2017 - Mil et une, atelier d'écriture en ligne

Irving Penn - clic et clic Le mot à insérer facultativement est : IRONIE 

http://miletune.over-blog.com

 

Seul dans la vie et dans cette ville engourdie,  Romuald flâne.

 

Des nuages versatiles  accaparent le ciel, et  ne l’incitent pas à la gaité.

 

Une terrasse désertée lui offre un havre de méditation.

 

Alors devant un verre de bière, il songe à mille choses.

 

Puis il concentre ses pensées  sur  son nouvel emploi de comptable , mais  surtout sur la pimbêche chef de services, 

 

Tout le monde la craint, elle semble inaccessible, insensible, dépourvue de tout sentiments, le pouvoir  qu’elle exerce  n’a rien de  charismatique.

 

Toujours sur son quant-à-soi,  elle  sait garder ses distances. Elle  n’incite pas à la rigolade.

 

Elle reste ,  perchée à sa place , et que tous autour se tiennent à la leur !

 

Soudainement, ses moroses pensées sont distraites par une scène incongrue.

 

Là en face, sur un petit muret délabré, une femme  BCBG, a quitté sa chaussure, et masse,  sans soucis du regard  des passants, un  pied endolori.

 

A voir son talon aiguille égaré honteusement sur le bitume,  on suppose  que la CHOSE était inconfortable, pour avoir  abandonné  toute bienséance en s’exhibant  de la sorte.

Il l’examine attentivement,, et  avec une sorte d’incrédulité  il se rend compte - ironie du sort -  qu’il s’agit de sa chef!

Il est stupéfait de cette attitude d’apparent  renoncement.

 

L’altière  Impératrice, d un coup vient pour lui  de choir  de son piédestal

.

Elle redevient humaine. 

 

 

 

Posté par JAK la JARJILLE à 09:25 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :
18 oct. 2017

l'effet papillon

 

 

 

le canard de pekin

 

Un jour un canard né à Pékin voulu explorer le monde.

Aux UESSES il arriva, claudiquant, chantant coin-coin

Il trouva refuge  chez un célèbre dessinateur

Crayonnant sur les murs  de la ferme de ses parents

Des canard, poules, oiseaux, et autres volatiles.

Mais  comme c’était un  vilain petit canard,

Sa mère elle-même n’en voulait point…

Alors son père adoptif

 Qui avait pour nom Donald en fit un  dessin

Que touts les enfants de la contrée,

Le dimanche venait admirer.

Mais les pauvres innocents n’y savaient point

Que dans un futur, pas très  lointain,

L’effet papillon, bien connu des scientifiques,

Venu de Chine atteindrait les Amériques

Et que le vilain petit canard, galopeur

Deviendrait un spécieux  Donald  trompeur

 

pour 

 

Posté par JAK la JARJILLE à 06:27 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags :

Souvenance

 

 

Immergée  dans l'océan sans limite de mon cerveau, je me hâte sur le trottoir encombré de passants, eux aussi flottants dans leurs propres méandres

A un croisement de rue, au feu vert, mes yeux se lèvent pour contrôler le flux, je traverse, et  sur le trottoir d’en face,  un éblouissement, une émotion de déjà éprouvée me submerge. Là, devant ce magasin de jouets, une scène surgie, je l’ai déjà vécue, oui cet  instant précis, exactement dans les mêmes conditions.

Une sensation étrange de déjà-vu, qu’il m’est impossible de neutraliser, qui me laisse dubitative, pantoise.

Serait-ce un souvenir passé qui ressurgi, un déraillement de mes neurones ?

Aucune explication raisonnée et raisonnable ne me vient à l’idée.

Pourtant je suis certaine, qu’il a bien existé ce  moment.

L’errance où j’étais  dans mes pensées,  a-t-elle fait un faux pas et tout confondu ?

Je suis secouée, et reste quelques instants, statique pour essayer de comprendre. Je regarde autour de moi, et rien de ce qui m’entoure ne me donne la clé.

Rapidement cette hébétude s’estompe.

Je reprends mon pas de course, et le cours de ma vie.

Cependant, il me reste de cet incident, le rêve étrange qui a suivi  :

« Revenue des décennies en arrière, jeune enfant, je tirais ma mère par la main, afin qu’elle fasse un  détour pour me laisser admirer la somptueuse poupée dans la vitrine d’une boutique »

 

J’ai rencontré quelques temps après un médecin qui m’a expliqué que mon cortex frontal,  en conflit,   avait ce jour là, dans ce moment précis,  vérifié l’état de ma mémoire !

Et la conclusion  de mon spécialiste, était que ce sentiment de déjà-vu serait le signe qu'elle était  est bonne.

Un bon point n’est-ce pas pour mes octo-pensés.☺

 

fait pour 

Liste des défis à venir pour Septembre & Octobre - Plume de Poète et ses Défis
defi 132

Raconter ..une expérience vécu, une étrange sensation, une vague impression.


http://plume-de-poete.over-blog.com

 

 

 

 

Posté par JAK la JARJILLE à 04:52 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :
14 oct. 2017

Essentielles

 

 

 

 

 

 6 heures la sonnerie nasillarde du téléphone portable se fait entendre

Céline ouvre un œil,  les pensées encore dans ses rêves, le corps fourbu : elle n a pas eu le temps de récupérer.

Une journée marathon l’attend comme toutes celles de la semaine.

Elle se lève de mauvais pied, mais un  saut sous la douche la remet sur le bon.

Les enfants, engloutis sous  la couette ne veulent pas non plus sortir de leur léthargie .Elle invente encore comme chaque jour,  de nouveaux stratagèmes pour les inciter à pointer le bout de leur nez . Ce matin elle leur annonce que les chocos qu’ils aiment tant  les attendent en se chauffant  dans le four, tant pis pour eux si ils tardent :  ils les dégusteront brulés !

La réaction est immédiate avec des youpis . L’ambiance est donnée, la suite ira sans encombres.

7 heures 30  départ de tous les occupants de la maisonnée.

L’école n’a pas encore ouvert ses portes, des minutes à attendre. Patience, Céline garde  son calme.

Un coup de sifflet, et voilà les rejetons entre bonnes mains.

7 h 45  Le métro, juste à temps ,

 Puis le bureau lui ouvre ses portes. Cohortes de gracieux,  de mal-gracieux bonjours, Elle répond, en souriant, et se presse  dans  son antre..

Un chef manipulateur l’accueille. Il est tout mielleux. Bon il va falloir lui jouer les finaudes pour  éviter ses débordements.

Le matin   file  à tout allure entre le téléphone, les mails, les clients,  les ordres et les emmerdes.

Midi ouf, un déjeuner entre copines ? Que nenni, elle doit faire ses achats pour le renouvellement de l’intendance familiale.

L’après midi, après un petit moka pris sur le pousse, même rengaine, mais le boss n’est pas là, elle respire un peu.

17 heures une course infernale pour arriver à temps à la sortie de l’école. Ben un œil   en compote, il s’est battu… 

Allons voir la responsable …

Les heures s’allongent.

Enfin vers 18 h30 , L' arrivée à la maison : toilettes, devoirs, écoute patiente et compréhensive, le tout débouchant sur l’heure du repas.

Voici que 21 heures sonnent à l’horloge héritée  de grand-mère, où les heures ont gardé  la même longueur, mais bien plus paisibles passantes

Céline n’a plus  exactement qu’ une heure, avant l’arrivée de son cher et tendre, lui aussi soumis, -mais beaucoup plus éloigné geographiquement- au même rythme.

Une heure où enfin elle va profiter de l’instant présent…

 Elle a fait couler un bain aux huiles essentielles.

Et c’est un moment d’infinie plénitude, où le temps ne veut plus rien dire…….

 

Posté par JAK la JARJILLE à 16:29 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :
11 oct. 2017

Non mais!!

 

jill bill -

le prenom du mercredi Bretonette

http://jill-bill.eklablog.com

 

prenom BRETEMETTE

 


Avec ton képi rutilant comme une allumette
Tu sais rester discrète telle une fantomette
Tu n’as qu’une seule mission : celle de gendarmette
Prestement alors, tu joues de tes castagnettes
Avec toutes les mécréantes andouillettes
La justice et toi ne font qu’un, originale Bretemette
Tu sais à point remonter les bretelles des mauviettes
Pour les enfermer illico dans les oubliettes.
Strictement, C'est la loi, c'est ainsi mes fillettes
Il sera vain de l’endormir avec des historiettes
Ne prenez surtout pas Bretemette pour une mouillette.

 

 

Posté par JAK la JARJILLE à 10:17 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags :
06 oct. 2017

 

 

 

Cher maitre

Je t’écris du fin fond de mon pavillon où je finis mes jours en solo

Les brocanteurs de passage n'ont plus  l’œil  concupiscent devant moi, signe du  "C ' bon à chiner",  maintenant que je  suis diaphane  dans  le clair-obscur de ce grenier négligé.,   la poussière et le fouillis pour seule partition.     

J’étais heureux avec toi, chaque jour j’entendais la voix de mon maitre

Maintenant  c’est suranné,  mon règne est  fini.

Des électrophones jukebox ou mange-disque m’ont  remplacé..    Mes  héritiers  se sont vynilisés,

 A leur suite,  leurs successeurs,   branchés scientifiques  tout comme des  nano se sont miniaturisés  la musique s’est matérialisée , elle   vogue sur les ondes , et   pour protéger leur postérité  ces malins  la mettent sous  clés qui ne sont pas de sol, mais qu’on appelle USB

Fini d’écouter  ta voix  nasillarde. et  terminé   le plaisir de remonter  ta manivelle lorsque le son   se sabordait sur  ta cire en   s’évanouissaint.  .

    Ce jourd'hui, pléthore   de notes  synthétisées, divilguées à profusion sur Deezer.

Mais hélas ce ne sont plus que d’horripilants  aboies  qui nous inondent, même là haut dans mon grenier abandonné, la cacophonie vient me harceler pour me faire d’avantage regretter le temps passé

Oui je suis un vieux croulant , même pas barbon, mais bien vieux birbe..

On se moque, je le sais, mais je préfère rester avec mes regrets. 

Posté par JAK la JARJILLE à 18:45 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :
05 oct. 2017

Plus besoin de tondeuse à gazon

 

1592632b8916b0f5_thumb

Original voir Le site  ci dessous

L'église Dernière Turf de Hof, l'Islande / BeeVar.com

Église Hofskirkja, dédiée à saint Clément, a été construit en 1884 et était la dernière église du gazon construit dans l'ancien style architectural. Ses murs sont épais et assemblé de roches pour donner de la stabilité ainsi que l'isolation, un élément important à considérer dans le climat islandais.

http://www.beevar.com

 

Posté par JAK la JARJILLE à 08:45 - - Commentaires [5] - Permalien [#]