Défi 190 : Et si Jésus naissait de nos jours...

Ohé Matelôts !!! Pour cette rentrée c'est votre amirale Dômi qui s'y colle. Voici ce qu'elle vous demande : Et si Jésus naissait de nos jours... Cela donnerait la "une" dans tous les journaux télévisés ... A vous de broder autour de cette histoire. Pour les jeudis poésie ....

http://croqueursdemots.apln-blog.fr

 

 

Je rentrais du bureau avec ma vieille et chère copine.

Bras dessus bras dessous nous devisions de tout et de rien pour oublier les tracas du boulot. Hermine nous croise,- nous faisons du sport avec elle,- et nous invite à aller prendre un verre à la terrasse du bar d’en face pour encore et encore papoter.

Libres comme l’air nous la suivons avec enthousiasme.

Sur la terrasse une place nous offre l hospitalité de là nous , pourrons émettre nos opinions-critiques sur les passants., 

Le barman tarde à venir nous servir.

Alors  des  exclamations à l’intérieur  nous intriguent, nous apercevons  un attroupement , des badauds aux    mines effarées ,   scotchés     devant le petit écran de télé.

Notre curiosité nous entraine,

David Poupoulas  annonce en boucle,  qu’un  un nouveau né a été découvert, abandonné dans une caravane stationnée sur un camping pas loin du village de Dieudonné.

 Vêtu d’un lange il a, en guise de bracelet ,  une ficelle avec une étiquette

«  Je m’appelle Jésus Le Retour »

 

L’émoi est grand.

Certains semblent attendris, d’autres bouleversés, il y en a qui laissent deviner des  sentiments de surexcitation.

Personne ne semble neutre, sauf au bout du comptoir, ce vieil érudit qui fait inlassablement les mots croisés du Canard Déchainé  indifférent à l’agitation naissante.

Et alors les commentaires vont bon train

-Tiens encore une vierge qui abandonné son enfant !

s’écrit un  titi, les doigts  agrippés  sur son jeu de stratégie -

-Un nouveau né nommé Jésus, un égaré de Palestine,  attention il est peut-être venu avec ses frères !

 S’esclaffe Judassio,  juste rentré des vacances dans sa famille à  Nazareth Illit.

 

Une nonagénaire passée par là pour acheter les cigarettes de son fumeur de mari, émet en chevrotant un peu

« Et si c’était vrai,  le messie est peut-être de retour?

 Moi j’y crois, à la messe chaque dimanche le père Ignatio nous en parle !

 

« Ben va avoir du boulot »

 Ricane Fred, tout en se grattant perplexe les rares cheveux qui lui reste.

 

Moi je ne crois à rien

Réplique une  blonde, en vapotant . Elle arbore son    e-cigarette  à la manière de Marlène. 

 

Dans le fond, un jeune homme blême étudiant en théologie, venu par hasard s’enquérir sur un nom de rue, timidement réplique.

« On ne peut pas vivre sans espoir et’ il faudrait bien que quelqu’un  booste les humanoïdes  pour un peu plus de philanthropie. Et un Jésus nouvelle vague, ferait bien l’affaire. en ce moment !

L’athée,  habitué des lieux,  à la retraite,   bien campé devant son verre de Vouvray raille ironiquement,

« moi je crois en la treille, car elle si elle ne  m’offre pas le pain, elle me procure le vin qui me ragaillardi. »

L’employé du pressing  dont l’épouse est agnostique, susurre,

« Ma foi, la foi ça compte dans la vie.  Les dogmes me rassurent. Ils nous servent de guides pour éviter les déraillements de certains infidèles.

 

Un malin surnomé Pierre Ponce ,  qui ne perd jamais le nord lance des paris :

 50 euros la mise, qu’il va aller direct à la DASS et n’aura pas la possibilité de développer sa spiritualité, chassé de foyer en foyer par des profanes.

 

« Des oh – des  ca- alors !  »

 outrés désapprouvent sa tentative d’extorsion.

 

 

 

 Eloignées nous ne pouvons pas entendre toutes les réflexions émises.

Mais toute trois nous sommes sceptiques,

Hermine geek de première tapote sur son Smartphone afin  de vérifier la véracité du scoop.

Et le verdict tombe c’est encore une Fake news.

 

Oh My God,  on ne plus se fier aux médias  de nos jours